Laurent Lessard veut un fonds d'ici un an

Aide gouvernementale pour l'ère post-amiante dans la région de Thetford


Publié le 22 mars 2017

Laurent Lessard met en quelque sorte lui aussi de la pression sur ses collègues du gouvernement libéral pour qu'un fonds soit créé d'ici un an dans la région de Thetford.

©TC Media - Vincent Breton

Appelé à réagir à la demande de la région de Thetford pour un meilleur soutien financier du gouvernement du Québec à la suite de la fin de l'industrie de l'amiante, le député de Lotbinière-Frontenac, Laurent Lessard, s'est engagé à travailler pour qu'un fonds soit créé d'ici la fin de son actuel mandat dans un an.

«Il faut commencer quelque part et établir un fonds, j'ai toujours été clair là-dessus. Le premier ministre a dit "nous allons vous aider". J'ai vu ce qui s'est fait ailleurs. Je veux que la région soit traitée de la même manière qu'Asbestos et Gentilly. […] Je prends mes engagements sur quatre ans. Je veux que ça se règle avant la fin de cette année. Les démarches n'ont pas donné le succès escompté jusqu'à maintenant même si quelques projets en infrastructures ont été réalisés ou sont sur la table», a affirmé le ministre des Transports et de l'Agriculture en entrevue téléphonique avec le Courrier Frontenac.

Rappelons que mardi, le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, et le préfet de la MRC des Appalaches, Paul Vachon, ont tenu une conférence de presse afin d'inciter le premier ministre Philippe Couillard et son gouvernement à remplir la promesse d'appui financier faite il y a trois ans. Ils ont notamment martelé que l'inaction met en péril certains projets économiques importants dans la région.

«Je pense que la démarche a été utile. La ministre responsable du Développement économique, Lise Thériault, va entrer en communication avec eux pour les rencontrer. Quand je lui ai parlé, elle devait faire l'analyse des fonds d'Asbestos et de Gentilly», a souligné M. Lessard.

Ce dernier a cependant admis partager la frustration de MM. Brousseau et Vachon qui n'ont jusqu'à maintenant pas pu obtenir toutes les rencontres qu'ils voulaient avec les ministres.

Par ailleurs, questionné à savoir pourquoi une annonce pour un fonds n'a toujours pas eu lieu près de trois ans après l'élection du gouvernement libéral, Laurent Lessard a indiqué que le climat financier de l'État québécois ne le permettait pas à ce moment.

«Quand j'ai été élu en 2014, le gouvernement était déficitaire de 7 milliards $. Quand tu es en coupe budgétaire un peu partout, faire cheminer les choses pour débloquer des fonds, ce n'est pas simple. Nous sommes maintenant dans une meilleure position, alors c'est plus propice. Je me souviens que Christian Paradis n'a pas obtenu les fonds tout de suite en partant, il a fallu qu'il travaille comme moi.»

Ils ont réitéré une chose à laquelle nous nous étions engagés. Je trouve quand même la demande légitime. Quand le gouvernement péquiste a fermé les mines, il y a une région qui n'a pas eu d'argent et c'est la nôtre. Laurent Lessard

Projet de gaz naturel

Au sujet du projet de prolongement du réseau de gaz naturel, Laurent Lessard a rappelé qu'il y a un an, la demande de la région de Thetford au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles était un financement à 50 %, ce qui avait été accordé.

«Maintenant, ils demandent plus, mais ils n'ont pas encore eu gain de cause là-dessus. Ils ont plusieurs projets, qu'ils présentent cela à la population et après il y aura un arbitrage. Je comprends que tout le monde a l'ambition de tout faire. Ils auront la chance de s'expliquer là-dessus avec la ministre», a-t-il raconté en signalant que la priorité de la Ville de Thetford Mines n'est pas la même que la MRC des Appalaches. En effet, l'argent actuellement disponible ne permet pas de réaliser le prolongement du réseau de gaz naturel vers Adstock et Ste-Clotilde-de-Beauce en même temps que la prochaine phase du Centre historique de la mine King.

M. Lessard a également dit avoir parlé avec le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour que les sommes destinées aux projets de gaz naturel soient reconduites après la fin de l'enveloppe le 31 mars prochain. «Je lui ai dit qu'il faut essayer de ne pas perdre cette mesure budgétaire. Toutefois, on va voir dans le prochain budget s'il n'y a pas un programme de développement semblable.»

Enfin, le député de Lotbinière-Frontenac a réitéré que son comté avait bien profité de l’apport provincial. «Sur le nombre d'investissements qui ont été faits dans la région, il n'y a pas grand-chose qui ne porte pas le sceau du gouvernement du Québec. Je ne suis pas souvent allé à des annonces où seul le fédéral injectait un montant. Quand nous avons l'équilibre budgétaire, ça nous permet de réaliser des projets et nous sommes rendus là», a-t-il conclu.

À lire : «Le fédéral a fait sa part, c'est au tour du provincial» - Marc-Alexandre Brousseau