Sections

Spectacle du 31 décembre : les artistes invités sont connus


Publié le 11 septembre 2017

La présidente de Spect-Art, Suzanne Lacombe, et le maire Marc-Alexandre Brousseau lors du dévoilement des artistes qui seront présents au spectacle du 31 décembre.

©Photo TC Media - Jean-Hugo Savard

Le groupe légendaire La Bottine souriante sera de passage sur le site du Centre historique de la mine King, le 31 décembre au soir, afin de clore les festivités du 125e anniversaire de la Ville de Thetford Mines.

Pour la présidente de Spect-Art, Suzanne Lacombe, il s'agira une fois de plus d'un spectacle à grand déploiement. «C'est déjà avec beaucoup de fébrilité que nous préparons cette soirée. Nous réservons une surprise hors du commun. C'est peut-être utopique de penser que nous pouvions les avoir chez nous, mais c'est réel. Ce sont dix musiciens qui en mettront plein la vue à tout le monde.»

La venue de La Bottine souriante était en quelque chose une suite logique, étant donné que le populaire Yves Lambert avait lancé les festivités du 125e anniversaire l'an dernier. «Lorsque nous cherchons des groupes de musique traditionnelle, il n'y en a pas une panoplie. Nous pouvons dire que nous avons eu Yves Lambert l'an dernier sans la bottine, et que cette année nous aurons la bottine sans Yves Lambert», a ajouté Mme Lacombe.

La première partie sera assurée par Véronique Labbé. La chanteuse originaire de Thetford Mines présentera son spectacle «Mon Noël country».

«L’édition de l’an dernier a été couronnée de succès et c’est avec fierté que nous répétons l’expérience afin de vivre un réveillon mémorable. Nous invitons les gens à venir célébrer en grand nombre et à participer au décompte qui sera suivi d’un spectacle pyromusical», a déclaré le maire Marc-Alexandre Brousseau.

Questionné à savoir si la soirée du 31 décembre deviendra une tradition, celui-ci a indiqué que c'est à la population de s'exprimer. «Quand nous avons des événements qui fonctionnent et que les gens apprécient, nous sommes toujours ouverts à les regarder. On ne se cache pas que c'est quand même coûteux. Si leur volonté est que l'on continue à investir des sommes là-dedans, le conseil aura à se prononcer dans les prochaines années.»

À noter que l'accès au site sera gratuit.