Sections

Il tire sa révérence après 44 ans de vie municipale


Publié le 10 octobre 2017

Jean-Marie Rodrigue a consacré une grande partie de sa vie à la communauté de Saint-Adrien-d'Irlande à titre de conseiller.

©Photo TC Media - Jean-Hugo Savard

Le conseiller Jean-Marie Rodrigue de Saint-Adrien-d'Irlande peut dire mission accomplie. L'homme de 78 ans a siégé le lundi 2 octobre, et ce pour la dernière fois, à la séance publique à titre d'élu municipal.

Cet ancien producteur laitier et acéricole a été élu le 6 novembre 1973 à l'âge de 34 ans. Au cours des 44 dernières années, il aura été réélu, sans opposition, à chacune des élections municipales. «Je me sens heureux. J'ai accompli ce que je désirais», a-t-il mentionné au Courrier Frontenac.

Au cours des différents mandats, il a notamment consacré ses énergies aux dossiers entourant la voirie et le transport adapté. Tout comme ses anciens collègues, il a été confronté à plusieurs projets controversés, dont celui de l'implantation d'une porcherie sur le territoire de la municipalité. «C'était dans les années 1985-86. Nous avons été obligés d'aller en référendum et le promoteur a finalement décidé de ne pas poursuivre», a-t-il dit. Il n'oublie pas non plus l'épineux dossier de la construction du parc éolien.

Malgré les années qui ont passé, M. Rodrigue se souvient très bien de ses débuts en politique municipale. «À cette époque, les élections étaient aux deux ans. Depuis une trentaine d'années, elles ont lieu aux quatre ans. C'est mon voisin qui m'avait approché afin que je me présente. Dans ce temps-là, on arrivait au bureau municipal avec une personne qui proposait la candidature et une autre pour la seconder.»

Le conseil municipal de Saint-Adrien-d'Irlande lors de la dernière séance publique avant les élections.
Photo TC Media - Jean-Hugo Savard

Depuis qu'il siège au conseil, pas moins de huit maires ou mairesses ont accompli des mandats pour la Municipalité. «Il y en a avec qui ç’a été un peu plus difficile. Comme d'autres, nous avons chacun nos idées, mais aujourd'hui lorsque je les rencontre, nous nous parlons et ça va bien», a-t-il précisé.

M. Rodrigue avoue que la politique municipale est plus difficile aujourd'hui. «Ce qui a changé, ce sont les règlements. Au début, c'était beaucoup moins sévère. Maintenant, quand nous avons un projet, il faut qu'il y ait des ingénieurs qui passent dessus. C'est une bonne chose, mais c'est plus contraignant. Il ne faut pas déroger de ce qu'ils nous imposent», a-t-il indiqué.

Le conseiller sortant croit qu'il est important que les jeunes prennent leur place et s'impliquent en politique municipale. «C'est bon qu'ils reprennent les dossiers afin de les travailler pour eux et leurs enfants.»

Un fils fier de son père

Pour Guy Rodrigue, la contribution de son père à la vie municipale de Saint-Adrien-d'Irlande est remarquable. «Mon grand-père Lucien Rodrigue a été conseiller quatre ans et maire de Saint-Jean-de-Brébeuf pendant huit ans. Je pense que c'est dans nos gênes de nous impliquer dans la communauté. Après 44 ans, on peut dire qu'il y a une petite partie du développement de Saint-Adrien-d'Irlande qui lui revient.»

La Fédération québécoise des municipalités du Québec avait d'ailleurs honoré le conseiller sortant, en septembre 2014, pour toutes ces années de vie municipale.