Plus on est, mieux on aime?

La chronique Sexe dans la ville de Véronique Vincelli

Publié le 7 février 2017

Tous doivent accepter le fait que la relation ne soit pas exclusive.

Pour être heureux en amour, faut-il nécessairement voir la vie à deux?

Bien que ce style de vie ne convienne clairement pas à tout le monde, il est temps d’arrêter de voir le couple monogame comme la référence à laquelle on mesure toute expérience sexuelle. Véronique Vincelli

Pas forcément, vous répondront les polyamoureux. Même s’ils sont encore loin de s’exposer au grand jour, reste que de plus en plus de gens se tournent désormais vers ce choix de vie. Qu’en est-il?

C’est quoi?

Par définition, le terme polyamour (littéralement : plusieurs amours) se définit comme une relation se basant sur l’idée de s’investir (prioritairement émotionnellement) de façon consensuelle et simultanée avec plusieurs partenaires. Ainsi, cette orientation relationnelle se positionne bien loin du libertinage, où les rencontres sont habituellement purement sexuelles. Elle se retrouve aussi aux antipodes de la polygamie/polyandrie, définissant le fait d’avoir plusieurs épouses/époux à la fois, une pratique où le consentement n’est pas une condition requise.

Pourquoi?

Refus de se confiner au moule de la monogamie jugé trop contraignant, désir de vivre différentes histoires en toute transparence ou le simple fait de ne pas vouloir dépendre d’une seule personne pour combler ses besoins, les motifs justifiant le rejet d’une exclusivité relationnelle sont aussi nombreux que variés.

Cela dit, le polyamour ne doit pas devenir une échappatoire aux difficultés pouvant être associées à une relation traditionnelle.  Les obligations et les problèmes ne se dissiperont pas. Bien au contraire, ce style de vie demande énormément d’efforts, une bonne gestion du temps et une maturité émotionnelle exemplaire, surtout pour contrer la jalousie pouvant devenir un problème de taille. Se forger une intimité significative, rejoindre l’autre à mi-chemin, se montrer dans toute sa vulnérabilité n’est déjà pas chose simple en duo. Imaginez maintenant à 3…ou à 4!

Comment?

Si la règle de base du polyamour est le consentement, la négociation lui seconde. Tous doivent accepter le fait que la relation ne soit pas exclusive, ce qui redéfinit, entre autres, le concept d’infidélité annonçant généralement la mort du couple monogame. Après coup, tout peut être mis sur la table et marchandé. Chaque partenaire doit ensuite s’assurer que les élus soient heureux et satisfaits de la relation, où les règles ont l’avantage de rester flexibles.

Tout le monde n’aime pas de la même manière et de même intensité. Avant de faire le saut dans ce type de relation, il est donc essentiel d’apprendre à définir ses limites personnelles ainsi que ses et attentes à travers une communication ouverte.

Une solution de rechange au couple traditionnel

Sans en venir à  «étiqueter» les gens, les termes techniques en matière de sexualité sont importants, dans la mesure où ils permettent notamment de mieux saisir les  nouveaux  modèles relationnels auxquels nous faisons face. En ayant une meilleure compréhension globale, la possibilité d’ouvrir nos horizons au-delà de la norme sexuelle dictée par la société devient envisageable.

Lisez plus de chroniques de Véronique Vincelli en cliquant ici