«Qui la ministre veut-elle protéger?» - Pierre Bolduc

Publié le 1 novembre 2016

Plusieurs savent déjà que j'ai été agressé sexuellement à l'âge de 12 ans par le curé Jean-Marie Bégin, en 1969, à Robertsonville. Trois autres victimes sont sorties de l'ombre.

Depuis six ans, nous nous battons pour faire abolir le délai de prescription. Cette loi archaïque empêche les victimes d'obtenir justice auprès des responsables qui ont commis de telles atrocités. Le Québec est la seule province à appliquer cette loi.

La semaine dernière, le député de la CAQ Simon Jolin-Barrette a demandé à la ministre de la Justice Stéphanie Vallée d'adopter le projet de loi 596 présenté en mars dernier dans le but d'abolir cette loi. Madame Vallée refuse d'y donner suite. Je pense qu'elle doit subir des pressions de certains individus.

Qui la ministre veut-elle protéger : hauts fonctionnaires, juges, députés, avocats, hommes d'affaires, diocèses, etc. qui risquent de voir leur passé venir les hanter?

Je n'abandonnerai jamais ce combat, car il est celui de ma vie.

Pour terminer, contrairement à ce que plusieurs personnes pensent, je n'ai jamais reçu de compensation financière pour ce que j'ai subi. Les gens ont mélangé le procès des rédemptoristes et l'affaire du prêtre Bégin. Ce que je veux, c'est la JUSTICE. Pensez-vous vraiment qu'un montant d'argent me fera oublier les gestes odieux posés par mon ignoble agresseur?

Pierre Bolduc,

Saint-Joseph-de-Coleraine