Qu’est-ce qui se cache derrière la signature des citoyens avisés de Coleraine?

Publié le 20 avril 2017

Opinion - Business Concept. Button on Modern Computer Keyboard. 3D Render.

Que des citoyens avisés, dans le dossier de l’aréna, soient timides au point de ne pas dévoiler leur identité n’est pour moi qu’une autre démonstration de toute l’atmosphère de désinformation habilement orchestrée depuis les hautes sphères décisionnelles afin de parvenir à leur fin, soit conserver à tout prix les activités de glace à l’aréna de Coleraine sans vouloir examiner la situation d’une façon plus rationnelle.

Désirant faire la lumière sur cet épineux dossier, je dois vous faire part des informations suivantes vérifiables en tout temps. D’abord, à la demande conjointe des Municipalités de Coleraine et de Disraeli, une étude portant sur la «Tarification des activités pour les non-résidents» a conclu que la «demande régionale pour ces équipements justifie difficilement la présence de deux arénas. Un seul aréna pourra répondre à cette demande». De plus, on y allait d’une recommandation : «créer une structure administrative visant le développement d’une vision commune concernant ces deux arénas». Au lendemain de la présentation de ce rapport, les rumeurs allaient bon train quant à la fermeture de l’aréna de Coleraine… pour la confidentialité, on repassera!

Alors, l’on s’ingénia à trouver des pistes de solution dont celle de faire réaliser un cadre financier 2016-2021 au montant de 12 900 $, taxes en sus, en demandant trois scénarios : statu quo, fermeture de l’aréna de Coleraine ou fermeture de l’aréna de Disraeli et en utilisant principalement comme bases de calcul un investissement de 1 million $ pour Coleraine et de 2 millions $ pour Disraeli, ainsi qu'un déficit d’opération de 120 000 $ pour Coleraine et de 300 000 $ pour Disraeli, tels qu’ils apparaissaient dans le rapport de la firme SODEM. Sans surprise, puisque comme le veut l’expression populaire les dés étaient pipés d’avance, il en est ressorti que l’on devait conserver l’aréna de Coleraine «puisqu’il rapporte plus de revenus et nécessite moins de dépenses de fonctionnement et d’investissement que celui de Disraeli».

Pendant ce temps, la Ville de Disraeli avait entamé des démarches avec l’assistance de Mme Nancy Lavoie de la Commission municipale du Québec afin d’établir les tarifs à charger aux utilisateurs des autres municipalités, tel que recommandé dans le rapport de SODEM. Or, lors de leur première rencontre du 5 mai 2016, il est apparu souhaitable à cette dernière que la Municipalité de Coleraine se joigne à la réflexion sur le sujet et nous fûmes invités pour la rencontre du 2 juin suivant. Cependant, les membres du conseil ont refusé de participer et résolurent plutôt de faire une demande de subvention dans le cadre du programme fédéral PIC150. Les élus acceptèrent finalement d’avoir une rencontre avec Mme Lavoie, sans la présence de Disraeli, le 11 juillet 2016 à Coleraine. À la suite de cette rencontre, ils résolurent le 15 août 2016 de se joindre au comité conjoint ayant pour mandat l’analyse des différentes pistes de solution concernant l’utilisation partagée des infrastructures de loisirs et, à la suggestion de Mme Lavoie, nommèrent les représentants de Coleraine pour faire partie de ce comité soient Martin Cadorette, directeur général, Gilles Gosselin maire, Sabrina Caron et Cynthia Leblanc, conseillères.

Une rencontre avait été fixée au 8 septembre à Disraeli, mais les représentants de Coleraine ont décidé de ne pas y participer sous prétexte que le cadre financier n’avait pas encore été analysé, ce qui fut fait le 19 septembre suivant. Nous avons participé à la rencontre du 11 octobre à Disraeli. Entre temps, différentes autres démarches étaient entamées, dont une étude de faisabilité auprès de la firme Thermeca au montant de

14 000 $, taxes en sus subventionnable à 50 %, tout cela dans le but avoué de tout tenter pour conserver les activités de glace localement. Finalement, puisque la Municipalité avait reçu le 6 février la confirmation d’une subvention de 500 000 $ de PIC 150 pour effectuer le changement du système de réfrigération et faire la réfection de l’enveloppe du bâtiment, après la rencontre du 9 février, les membres du conseil municipal de Coleraine décidèrent de se retirer, ce qui fut confirmé par résolution le 6 mars dernier.

Pour terminer, une assemblée d’information eut lieu le 2 avril à l’aréna. Un avis de motion pour un règlement d’emprunt permanent de 760 000 $ a été présenté à la séance du 3 avril suivi de son adoption en assemblée extraordinaire le 18 avril et la signature du registre se fera le lundi 24 avril à l’hôtel de ville de 9 h à 19 h. N’oubliez pas d’apporter une pièce d’identité.

P.S. : Quant au projet de centre multifonctionnel mentionné, il a été seulement question, de façon très embryonnaire, d’un futur bâtiment voué aux arts du cirque relié au domaine de l’éducation et piloté par la Commission scolaire des Appalaches. Également, vous pouvez consulter les trois études (SODEM, RCGT et THERMECA) sur le site Internet de la Municipalité.

Gilles Gosselin, maire

NDLR : Cette réaction du maire de la Municipalité de St-Joseph-de-Coleraine fait suite à la lettre d'opinion publiée dans l'édition papier du mercredi 19 avril.