Les Blue Sox cinq fois champions

Par Pierre Nadeau

Publié le 3 octobre 2016

Après leur gain de 6-4 samedi contre les Pirates de St-Jean-sur-Richelieu et l’excellent François Lafrenière, les Blue Sox de Thetford Mines ont remporté une victoire de 6-3 dimanche pour signer un cinquième championnat de suite dans la Ligue de baseball majeur du Québec devant plus de 600 spectateurs.

Un cinquième titre spécial pour l’entraîneur Dominic Bolduc pour qui c’est peut-être un dernier. «Ma conjointe est enceinte de notre quatrième enfant et c’est possible que l’an prochain, je ne sois plus là. Pour moi, il a une saveur spéciale celui-là.» L’arrivée des jeunes joueurs a eu un effet surprenant. «Les jeunes qui sont arrivés ont donné une bouffée d’air frais incroyable. Ça s’est étouffé en saison parce qu'il y avait beaucoup d’absences, mais dans les séries, je savais que ça reviendrait et qu’on allait faire un bon bout de chemin», a ajouté l’entraîneur.

Ces recrues sont Alexandre Morinville, Manuel Bouffard, Jimmy Montambault, Jonathan Paquet et Brian Bardis, à qui on avait confié la mission d’affronter les Pirates. «C’est énorme pour moi et pour l’équipe. Comme première année, je ne pouvais demander mieux. On en a arraché pendant la saison, mais le but ultime demeure les séries», de confier l’artilleur vainqueur.

Parmi les vétérans qui ont participé aux cinq conquêtes, Michel Simard en fait partie. «Ça toujours une saveur différente parce que le cheminement pour s’y rendre n’est jamais le même. Il y a dix jours, on se cassait la tête pour savoir si on passerait au travers la septième manche contre Sherbrooke et aujourd’hui (dimanche), on lève le trophée.»

Ça représente une dynastie et une gang de gars qui sont des gagnants. Renaud Desjardins

Marc-André Charbonneau est un autre habitué. «La raison pour laquelle on joue, c’est de gagner le dernier match de l’année. On croit en nous quand on arrive en séries parce qu’on sait qu’on est capable de faire le travail. Présentement, je dois dire que la meilleure équipe a gagné, même si sur papier, les Pirates semblent plus fort que nous», a mentionné celui qui a remporté dans le passé un championnat avec Rivière-du-Loup et Victoriaville.

Pour Jonathan Martel, c’est une affaire d’expérience. «On a perdu la première partie 13-8 contre Lafrenière (François) et dans notre tête, c’était une victoire morale. On a jasé du match après et il n’y avait aucune nervosité dans le groupe, parce qu’on savait qu’on pouvait réussir.»

Même s’il a joué blessé, le frappeur désigné Renaud Desjardins a conservé une moyenne de .460 et a fait produire 19 points. Il a été un atout pour l’attaque des Sox. «Je ne devrais pas jouer au baseball, mais je joue quand même. Je ne suis plus le frappeur d’avant avec de la puissance. J’ai dû modifier ma façon de faire, mais je frappe quand même bien», de mentionner celui qui a réussi trois simples avec trois points produits dans la dernière victoire.

Jean-Michel Bédard a dédié ce cinquième sacre à son grand-père décédé récemment. «C’est pour lui que je voulais gagner. C’est lui qui m’a appris à jouer au baseball quand je marchais à peine et il m’a suivi pendant toute ma carrière jusqu’à l’an dernier parce qu’il n’était plus capable de le faire.»

Le propriétaire François Lécuyer n’était pas inquiet. «Cette équipe-là fait des miracles en séries. Est-ce que je suis surpris? Pas du tout. C’est incroyable ce que ces gars-là peuvent accomplir.» Mentionnons que le titre de joueur par excellence des séries a été décerné à Dany Deschamps des Pirates et Stéphane Pouliot des Blue Sox. Ce dernier, qui a conservé une moyenne offensive de .464 en 16 matchs avec cinq circuits et 23 points produits, recevait cet honneur pour une deuxième année de suite.