Une victoire revigorante pour les Blue Sox

Pierre Nadeau redaction.thetford@tc.tc
Publié le 2 août 2016
À ses deux derniers matchs, Stéphane Pouliot a cogné quatre coups sûrs, dont deux circuits, et a produit neuf points.
Photo TC Media - Jean-Hugo Savard

L’atmosphère était différente de la veille dans le camp des Blue Sox de Thetford Mines après leur victoire de 14-4 sur le Big Bill de Coaticook dimanche.

Il faut dire qu’avant cette rencontre, l’équipe n’avait remporté que deux de ses 11 derniers matchs et que 24 heures auparavant, elle avait encaissé une troisième défaite d’affilée dans des circonstances pas trop élégantes. «Ce qui est important dans cette victoire, c’est qu’on doit bâtir là-dessus», a noté Stéphane Pouliot qui a produit cinq points.

Si l’attaque a fonctionné à plein régime avec 13 coups sûrs, les artilleurs Philippe-Antoine Gagnon et Jonathan Paquet, qu’on n’avait pas vu lancer depuis plusieurs semaines, ont bien fait. Le premier, qui a inscrit un second gain à sa fiche, a lancé cinq manches en cédant trois points, dont deux mérités.

Quant au second, sa tenue laisse présager de bonnes choses. «Peu importe ce qu’il aurait fait pour son retour, on voulait le faire lancer dans une situation où l’enjeu n’était pas serré et la situation (dimanche) était idéale. On voulait le voir lancer des prises et qu’il se sente bien», a mentionné Stéphane Pouliot concernant l’artilleur qui n’a mis que 24 lancers pour liquider les frappeurs du Big Bill dans les deux dernières manches.

Le vase déborde

Les visages étaient longs à la suite du revers de 9-6 samedi devant les Pirates de St-Jean-sur-Richelieu. Pour un, l’entraîneur Dominic Bolduc n’a pas été tendre envers ses joueurs. «On est supposé gagner quand on a Michel Simard sur la butte et que le gars de l’autre bord n’a lancé qu’une manche depuis le début de la saison. Peu importe comment ça se passe, on se devait de gagner», a martelé l’entraîneur. Et il a été encore plus cinglant quand il a déclaré que sa troupe n’avait pas de vie. «C’est simple, on est mort, on n’a pas d’âme. Eux, ils voulaient gagner et nous on ne voulait pas. C’est triste à voir, c’est désolant, c’est une honte.»

Les Blue Sox dominaient 5-3 après cinq manches, mais un circuit de trois points de Mario Côté, son second de la rencontre, a propulsé les Pirates en avant en début de sixième. Michel Simard a pris tout le blâme. «Je pense que ç’a été un coup chanceux. Auparavant, ils avaient également frappé deux coups sûrs chanceux, mais c’est inacceptable de ma part», a mentionné l’as lanceur de la rotation des Sox qui était dépité après la rencontre.

Même si les locaux sont parvenus à créer l’égalité en fin de sixième, les visiteurs ont profité d’une erreur et d’une mauvaise exécution pour inscrire trois autres points et filer avec la victoire. Michel Simard a voulu rester positif dans les circonstances. «Il n’y a rien qui fonctionne bien pour nous présentement, mais c’est ça le baseball et ça va recommencer à tourner pour nous.»

Vendredi à Victoriaville, les Blue Sox ont pris les devants 3-0 dès la manche initiale contre Francis Michel, mais ils se sont inclinés 8-4 contre le Cactus qui inaugurait les nouveaux gradins du stade Remi Deshaies.

Malgré une telle avance, Charles Roberge n’a pas su en profiter. Il a donné des buts sur balles aux trois premiers frappeurs et le ton était donné à la partie. En un peu plus de trois manches, il a cédé six buts sur balles. Au total, les trois artilleurs employés par Dominic Bolduc en ont accordé 11.

Les Sox complèteront leur calendrier régulier à domicile en recevant Acton Vale samedi et Sherbrooke dimanche. Auparavant, ils seront de passage dans la capitale des Bois-Francs jeudi pour affronter le Cactus.