Michel Louvain de passage dans son patelin natal

Par Caroline Leblond
Michel Louvain de passage dans son patelin natal
Pour la première fois en quatre ans

Si certains croyaient l’époque des chanteurs de charme révolue, le toujours populaire Michel Louvain fera mentir cette croyance alors qu’il foulera les planches de la salle Dussault, le 6 octobre prochain, dans le cadre de la programmation automnale de Spect-Art.

Il y a 55 ans cette année que Michel Louvain mène une carrière couronnée de succès et jouit d’une renommée qui n’est réservée qu’aux artistes de grand talent. Dans le cadre de son passage à Thetford Mines, sa ville natale, le Courrier Frontenac s’est entretenu avec lui.

 

Michel Louvain s’est d’abord remémoré son début de carrière dans la chanson, alors qu’il travaillait à la Savonnerie Ferland du centre-ville de Thetford. « Un jour, à 20 ans, je suis arrivé chez Ferland alors que je venais de recevoir une offre pour aller m’installer à Sherbrooke. Quand je suis allé rencontrer monsieur Ferland, il m’a dit qu’il était déjà sûr que j’allais partir. Il était certain que c’est ce que j’allais faire de ma vie puisque je chantais tout le temps », s’est-il rappelé. Il s’est aussi souvenu de son père, un patron de la mine « qui revenait chaque soir tout gris et sale du travail ». Louvain savait qu’il n’allait pas marcher dans les traces de son paternel. C’est à ce moment, à l’aube de la vingtaine, qu’il a quitté la ville pour faire le grand saut dans l’univers du spectacle. Une décision qu’il n’a pas regrettée.

 

Fort d’une carrière bien remplie, le chanteur nous a admis être encore un chanteur de charme, même à l’âge de 75 ans. « Cette étiquette, elle me colle encore à la peau et elle va me coller jusqu’à ce que je rende l’âme. Je chante encore des chansons d’amour, des ballades, dans mon spectacle qui est à saveur latino. »

 

L’interprète de la Dame en bleue nous a également livré sa recette pour survivre aussi longtemps dans l’industrie de la musique. « Le seul truc, je pense que c’est d’être honnête avec son public. Le public, quand on est sur scène, il faut s’en occuper. Il nous met vite sur un piédestal, mais il peut aussi nous descendre rapidement. C’est lui qui décide. J’ai toujours hâte de chanter, je suis nerveux dans ma loge avant chaque spectacle. Le public le sait. On s’aime mutuellement. C’est un beau mariage. Un mariage d’amour depuis 55 ans », a expliqué celui qui a plus de 40 albums à son actif.

 

Michel Louvain fait actuellement la promotion de son album « Je n’ai pas changé », paru en 2011. Lorsqu’on lui a demandé à quoi fait référence ce titre, il a indiqué qu’il est un homme fidèle, fidèle à ses amis et à ses habitudes. « Je n’ai jamais changé mon image; on m’a connu en habit, toujours bien pressé, la cravate, la chemise blanche, les cheveux bien coupés… Je chante toujours des chansons d’amour. Je n’ai pas changé! », s’est-il esclaffé.

 

Le chanteur, qui nous réserve déjà un autre album pour célébrer ses 60 ans de carrière, promet que le public thetfordois aura droit à « un homme heureux qui a hâte de voir sa gang », samedi soir prochain. «J’ai hâte! Mes sœurs seront là, mes nièces, leur chum. C’est flatteur pour moi. Ça va faire quatre ans que je n’ai pas chanté à Thetford. Ça va être ma journée. Je vais chanter pour les gens de ma ville », a souligné l’artiste.

 

Michel Louvain a finalement rappelé que de bonnes places sont encore disponibles pour cette soirée qui sera conviviale et forte en émotions.

Partager cet article

1
Laisser un Commentaire

avatar
1
0
0
 
1
nicole
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
nicole
Invité
nicole

Bonjour. je cherche la recette de pain de viande de Michel Louvain.Çà quelle année et je l ai perdu je dirais même une 20e d année. C est la seule que mon mari digère et la seule qui aime. merci à l avance.