Un premier roman pour Monique Dupuis

Un premier roman pour Monique Dupuis

L'auteure Monique Dupuis a dédicacé de nombreux exemplaires de son premier roman dimanche dernier. 

(Par Dyane Raymond) Dimanche dernier, Monique Dupuis lançait son premier roman, « Ce destin qui nous lie », à la Maison de la culture de Thetford Mines.

Tout comme les personnages d’une œuvre de fiction, un roman, et sa romancière, possède sa propre histoire, ou son propre destin, pourrait-on dire paraphrasant Monique Dupuis. Ainsi, le récit de cette auteure thetfordoise commence après le visionnement d’un documentaire relatant la construction d’un voilier, réalisation d’un rêve qu’un homme avait longuement et patiemment mûri. Elle décide alors qu’il est temps pour elle d’accomplir le sien et aussitôt s’installe avec son stylo et ses feuilles pour commencer à rédiger ce qui deviendra quelque vingt ans plus tard son premier roman, publié à compte d’auteur.

 

En cet après-midi du 16 décembre, jour du lancement officiel, l’auteure, on la comprendra, se sentait fébrile et émue. Elle a néanmoins pris le temps d’accueillir chaque personne avec un sourire, une accolade et quelques mots, entourée bien sûr de ceux qui l’aiment; famille, amis et collègues.

 

Madame Dupuis a ensuite fait une brève allocution relatant son parcours, présentant son roman et remerciant les personnes qui l’ont aidée et soutenue dans cette entreprise. Sa première lectrice, Marcille Halley, est venue à son tour donner son point de vue du roman, soulignant à juste titre les heures de travail et d’angoisse nécessaires pour mener à terme une telle tâche. « Les personnages sont chaleureux, attachants, bien campés dans l’action aux rebondissements inattendus ; l’histoire est inédite, elle est le reflet de l’évolution des mœurs d’une époque, causée par l’élargissement des pratiques sociales et des tabous à la vie dure », a-t-elle résumé.

 

Après quoi, les gens intéressés ont pu se faire dédicacer leur exemplaire par l’auteure qui s’est prêtée gracieusement à l’exercice. Ainsi se termine — ou commence — une aventure qui demeure à chaque fois un exploit. Écrire est un acte certes périlleux, mais aussi fabuleux, semblaient dire les yeux heureux de Monique Dupuis : elle a réalisé son rêve!

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des