L’identité du cambrioleur épinglé à Sherbrooke est connue

L’identité du cambrioleur épinglé à Sherbrooke est connue

Derek Carrier fait face à un impressionnant total de 124 chefs d'accusation d'introduction par effraction dans une maison d'habitation dans le but de commettre un acte criminel.

(Mise à jour) La Sûreté municipale a transmis vendredi dernier de nouvelles informations concernant la vague d’introductions par effraction qui a frappé la ville dernièrement. Un tout premier suspect pourrait en effet avoir été identifié du côté de Sherbrooke. Il s’agit de Derek Carrier, un Sherbrookois de 39 ans connu des milieux policiers.

Au moment de la vague d’introductions par effraction, celui-ci aurait cependant été résident de Thetford Mines.

 

Collaboration efficace

Le Service de police de Sherbrooke a procédé à l’arrestation de l’homme jeudi dernier lors d’une intervention policière suivant une introduction par effraction commise à Sherbrooke. Une enquête est présentement menée en collaboration avec la Sûreté municipale de Thetford afin de déterminer s’il s’agit du même cambrioleur.

« Les informations transmises par la police de Sherbrooke concernant le modus operandi des vols nous permettent de croire que l’on peut lier les deux séries de crimes », affirme l’agente de la Sûreté municipale de Thetford, Annie Gilbert.

Celle-ci précise toutefois que ce n’est pas seulement grâce au travail réalisé à Sherbrooke qu’un suspect pourrait possiblement être identifié pour les crimes commis à Thetford. « Des informations provenant de la Sûreté municipale de Thetford et ont été transmises aux corps de police, dont celui de Sherbrooke. Ce n’est donc pas par hasard que le Service de police de Sherbrooke a ciblé un individu. Le dossier a été pris en relai à Sherbrooke, mais toujours en collaboration avec notre service de police », fait savoir Mme Gilbert.

Le suspect identifié à Sherbrooke pourrait donc être l’auteur des 78 introductions par effraction répertoriées dans plusieurs des quartiers de Thetford entre octobre 2012 et août 2013. Notons que plusieurs délits du genre ont aussi été dénombrés dans la ville estrienne depuis le mois d’août dernier.

Derek Carrier a comparu au Palais de justice de Sherbrooke jeudi dernier pour faire face à une accusation d’introduction par effraction dans une maison d’habitation dans le but de commettre un acte criminel. À la suite de l’enquête et de la perquisition de son domicile, d’autres accusations pourraient être portées contre lui. Il devra revenir au Tribunal ce mercredi pour la suite des procédures.

 

Accusé à Sherbrooke seulement

Derek Carrier a seulement été accusé à Sherbrooke puisque le procureur ne s’est pas encore saisi du dossier à Thetford. « Les enquêteurs sont en train de tenter de faire des liens entre les vols. Une analyse de dossier est en cours, mais aucune accusation n’a encore été déposée chez nous », précise la porte-parole de la Sûreté municipale.

« L’enquête progresse très bien, poursuit-elle. La Sûreté municipale en fera le bilan ce mercredi afin de présenter, entre autres, les techniques d’enquête utilisées. »

 

Vox pop

Afin de communiquer la perception des citoyens concernant cette affaire, le COURRIER FRONTENAC a recueilli quelques propos. Un internaute du nom de Jos a d’abord rédigé un commentaire sur notre site web qui peut illustrer la perception que certains citoyens thetfordois entretiennent face à leur service de police. « Merci aux policiers de Sherbrooke. Thetford vous êtes 0 en 78. Wow! C’est pas bon pour les statistiques. Vous êtes plus efficaces pour donner des tickets », a-t-il largué.

Un autre lecteur, dont l’identité est anonyme, s’est exprimé dans la même veine. « À Thetford, la police est bonne pour le radar. On est bien à travailler assis et après on demande l’aide des citoyens », a-t-il lancé.

Pierre, un résident du quartier Saint-Maurice, a aussi été invité à partager son opinion. « Je ne me suis jamais inquiété. Je n’ai jamais craint pour ma sécurité ou ma propriété. Je pense simplement que le cambrioleur en est un brillant, mais qu’il a commis une erreur à Sherbrooke. Je ne remets donc pas en question le travail des policiers dans ce dossier », a-t-il nuancé.

De son côté, Ernest affirme qu’il n’a pas non plus vécu d’inquiétudes dans les derniers mois, lui qui demeure dans le même quartier. « Je ne pensais pas à ça. On a toujours pris nos précautions. Certains ont été moins chanceux. Mais si la police a trouvé le malfaiteur, c’est une bonne affaire. L’enquête est longue, mais c’est normal. Je pense que le travail de notre police a été bon », a-t-il confié.

Ce n’est toutefois pas le cas de Jean-Luc qui demeure dans le quartier Ste-Marthe, secteur où plusieurs cas d’introduction par effraction ont été dénombrés. « Ça m’a inquiété beaucoup, raconte-t-il. Le fait qu’un premier suspect pourrait être identifié me rassure. J’ai fait poser un système d’alarme chez moi puisque je quitte souvent pour l’extérieur. L’un de mes voisins a même été touché par un vol. L’enquête me semble longue, mais je fais confiance à la police. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires