Une nouvelle vocation pour nos églises

Une nouvelle vocation pour nos églises
L'église St-Noël abrite maintenant un petit complexe : le Centre d'affaires St-Noël.

THETFORD – Les églises de Thetford Mines ne font pas exception au reste du Québec, où pas moins de 285 églises ont changé ou changeront bientôt de vocation. Quelques-unes ont été vendues ou sont encore à vendre, faute de fonds et de fidèles pour les maintenir en vie.

Trois églises de Thetford Mines ont subi le couperet en 2009. L’église Saint-Noël-Chabanel a été vendue et convertie en centre d’affaires. L’église Saint-Maurice est devenue la « Villa Saint-Maurice », un immeuble à logements pour aînés. L’église La-Présentation-de-Notre-Dame est quant à elle toujours à vendre.

Patrimoine à conserver

Une situation qui n’est pas sans inquiéter le président de l’assemblée de fabrique de Saint-Alexandre, Marcel Nadeau. « À court terme, je ne crois pas qu’il y ait d’autres fermetures. Cependant, à moyen terme, si on parle des dix prochaines années, ce ne serait pas surprenant qu’il y en ait d’autres. Mon point de vue est que d’autres fermetures deviendront inévitables », soutient M. Nadeau.

« À Thetford, avec les finances qui sont en diminution au niveau de la paroisse, nous devrons nous questionner s’il est toujours pertinent de continuer à faire vivre les deux églises restantes », ajoute-t-il.

Pour l’instant, il précise que la paroisse est encore en mesure de faire vivre ses églises et selon lui, elles demeurent utiles. Si le choix était à faire entre les deux, il est certain pour lui que l’église Saint-Alphonse resterait ouverte, malgré qu’elle soit beaucoup plus dispendieuse à entretenir que l’église Sainte-Marthe. « C’est un immeuble du patrimoine et un édifice qu’on ne peut pas laisser aller en destruction. C’est une décision sentimentale, mais aussi historique parce que cette église est chargée de notre histoire », fait valoir M. Nadeau.

Un financement précaire

Malgré l’abandon de quelques-uns des lieux de culte, la paroisse Saint-Alexandre peine à maintenir ouvertes ses deux dernières églises, soit Saint-Alphonse et Sainte-Marthe. Il y a présentement un manque à gagner de près de 150 000 $ et la paroisse arrive à court de solutions pour éponger ce déficit de plus en plus important.

Les sources de financement ne sont pas très nombreuses afin de maintenir les églises en vie. La principale source est la campagne de financement annuelle. Sinon, les fonds proviennent des coûts des célébrations. Toutefois, ces coûts sont fixés par le diocèse et ne prennent pas en compte la situation de chacune des églises. Les diminutions des dépenses deviennent donc de plus en plus cruciales.

« Nous n’avons aucune subvention gouvernementale parce que l’église Saint-Alphonse n’est pas reconnue comme édifice du patrimoine », explique M. Nadeau. Il s’agit d’un des projets de la paroisse Saint-Alexandre, soit faire reconnaître Saint-Alphonse comme bâtiment patrimonial. Auparavant, l’église n’était pas admissible, mais puisque les critères ont récemment changé, peut-être que l’édifice thetfordois pourrait maintenant être admissible croit M. Nadeau.

En attendant, la paroisse devra encore se serrer la ceinture et trouver d’autres solutions pour continuer de faire vivre ses deux dernières églises.

Sur la photo en une: L’église La-Présentation-de-Notre-Dame et son presbytère sont à vendre depuis 2009 après avoir été jugés comme bâtiments excédentaires par le diocèse de Québec.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires