Les artistes de la région inaugurent leur nouveau local

Les artistes de la région inaugurent leur nouveau local
Roland Dostie

THETFORD – Le Centre d’art de la région des Appalaches (CARA) a procédé à l’ouverture de son nouveau local sur la rue de la Fabrique, le mercredi 12 mars, en plus de lancer le projet « Art comme thérapie ».

Ce local a été rendu disponible lorsque la troupe de Théâtre Les Cabotins a quitté pour occuper leur nouveau lieu de production sur la rue Saint-Alphonse Sud. Le conseil municipal précédant a voulu garder la vocation artistique du lieu et, lorsque les artistes peintres ont souhaité utiliser le local laissé vacant, la Ville de Thetford Mines a accepté de leur céder.

« Nous sommes contents que ce lieu de création artistique convienne aux artistes. En officialisant aujourd’hui le prêt de local au CARA, la Ville de Thetford Mines démontre son appui aux arts et à la culture », a mentionné Michel Verreault, conseiller municipal.

Dans un deuxième temps, le CARA a honoré certains artistes qui ont été des pionniers: Roland Dostie, Jacques Fugère, Raymond Lachance et Thessa Doyon. Le CARA a aussi rendu hommage à des gens qui ont porté à bout de bras l’organisme depuis les trente dernières années : Robert Simard, Michelle Audet, Anita Bougie Lemieux et Irène Simard.

Le dernier volet de l’activité a été le lancement officiel de la première édition du projet « Art comme thérapie ». Dans le but d’apporter un certain réconfort aux patients, plus de trente-cinq artistes du CARA offriront gracieusement au CSSS de Thetford une œuvre peinte sur des tuiles de plafond suspendu. Ces toiles seront exposées au-dessus des lits des patients du pavillon Saint-Alexandre et des départements de pédiatrie et des soins intensifs de l’hôpital de Thetford.

« Nous apprécions grandement la collaboration entre les artistes du CARA et les centres de soins. C’est un projet inspirant et nous tenions à en faire partie dès le début », a soutenu Nadia Fortier, chef de programmes SAPA-DI. Ce projet est inspiré des hôpitaux d’Amos et d’Alma.

Le tout s’est achevé par un geste symbolique où un représentant de la municipalité et un représentant du CARA ont apposé une empreinte de leur main, sur le cercle chromatique du CARA. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires