Rodrigue Leblanc sollicite les suffrages en tant que candidat indépendant

Rodrigue Leblanc sollicite les suffrages en tant que candidat indépendant

Rodrigue Leblanc est nationaliste-autonomiste puisqu'il veut donner à la nation québécoise un statut distinct dans un Canada uni.

LOTBINIÈRE-FRONTENAC – D’allégeance nationaliste-autonomiste et résident de Saint-Janvier-de-Joly, Rodrigue Leblanc fait campagne depuis la semaine dernière comme candidat indépendant; une première depuis 1994 pour les deux anciennes circonscriptions réunies. 

M. Leblanc soutient avoir toujours été impliqué en politique. Il a entre autres été membre de la défunte Association adéquiste de Lotbinière qui travaillait à l’époque pour la candidate et député Sylvie Roy. Par la suite, M. Leblanc a été candidat à la mairie de Saint-Janvier-de-Joly en 2012.

Ayant connu une bonne performance au palier municipal, il a été encouragé par certains de ses concitoyens pour se présenter en tant qu’indépendant aux élections provinciales. « Je suis valorisé et  connu dans mon coin pour avoir toujours défendu les intérêts des gens », a-t-il fait savoir au cours d’un entretien.

Parmi ses priorités, M. Leblanc veut se concentrer sur la situation des personnes ainées. Il entend également s’attaquer à la refonte du zonage aux abords des routes achalandées pour favoriser l’établissement de petits commerces, notamment dans Lotbinière.

Le candidat indépendant prône également l’électrification des chemins de fer. « Les locomotives fonctionnent déjà à l’électricité produite par de grosses génératrices polluantes et dépendantes du pétrole. Avec nos surplus d’électricité, l’électrification c’est la solution », a-t-il indiqué.

Celui qui a visité Thetford Mines à quelques reprises reconnait que la région vit une « période très difficile » en raison de la fin de l’industrie de l’amiante et de l’alourdissement des normes de santé et de sécurité. Il « sympathise avec les résidents » et considère que le gouvernement a « exagéré les affaires ». « La région n’est pas dangereuse, alors il faut en faire la promotion », a-t-il insisté.

M. Leblanc a œuvré durant quelques années dans le monde de l’enseignement, pour ensuite devenir cadre scolaire et puis conseiller en éducation pour le ministère fédéral des Affaires indiennes. Il est présentement producteur forestier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires