OPINION – Conducteurs, police et zone scolaire = arrêt

OPINION – Conducteurs, police et zone scolaire = arrêt

Je suis une maman. Une maman qui, matin, midi et après-midi, avec ses enfants de 6 ans, 5 ans et 3 ans, marche jusqu’à l’école St-Gabriel. Le trajet n’est pas bien long, juste à remonter la rue et deux coins de rue plus tard, il ne reste plus qu’à traverser et les enfants sont rendus à l’école. Ce n’est pas bien loin, un petit 5 minutes de marche et pourtant, je trouve le trajet parfois dangereux.

Pourquoi? Les conducteurs. Les conducteurs de toutes sortes : petite voiture, voiture sport, voiture familiale, véhicule sport utilitaire, vélo et tracteurs! En marchant et en attendant que les enfants entrent ou sortent de l’école, un piéton a le temps de voir bien des choses! Le temps de voir depuis deux ans qu’au moins quatre véhicules sur dix ne font pas un arrêt complet en face de l’école. Je ne sais pas si tout le monde le sait, mais la pancarte rouge octogonale avec le mot arrêt signifie arrêt complet du véhicule.

Combien de fois (et pas juste devant l’école), j’ai vu en hiver des véhicules très enneigés et mal déglacés. Des conducteurs qui oublient que sur une surface enneigée et glacée, il faut freiner d’avance. J’ai vu plus d’une fois des véhicules incapables de s’immobiliser à temps et les conducteurs, au lieu de faire un arrêt légèrement dépassé la ligne, repeser sur l’accélérateur très fortement.

J’ai vu un parent se stationner vis-à-vis la pancarte d’arrêt, en plein sur les lignes jaunes de la zone piétonnière. L’année passée, ma voisine et moi-même avec mes trois enfants, nous traversions à l’intersection devant l’école et une conductrice un peu pressée de repartir nous a frôlés! En hiver, les tracteurs se promènent avec le souffleur à neige qui tourne encore. Un souffleur à neige, ça ne pardonne pas si quelque chose ou quelqu’un y entre. Ce n’est pas mon genre d’écrire mes opinions, mais je commence à m’inquiéter fortement.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase s’est produite le mardi 20 janvier. Les enfants sortaient de l’école en courant comme à l’habitude. Les brigadiers (des enfants de cinquième et sixième année accompagnés d’une professeure) suivaient. Une voiture de police s’en venait avec les gyrophares allumés et a très bien vu les enfants se pousser sur le bord du trottoir. Eh bien, la voiture de police a seulement ralenti un peu et ne s’est même pas arrêtée.

Je veux bien croire qu’elle était sur une urgence, mais les sirènes ne fonctionnaient pas et la voiture n’en suivait aucune autre. Je m’inquiète. Si les policiers ne suivent pas eux-mêmes la règlementation, comment pouvons-nous leur demander d’être plus présents et plus vigilants dans les zones scolaires? Et les autres conducteurs? Oui, vous et moi, parents de jeunes enfants, grands-parents, oncles et tantes, ça ne vous dirait pas d’être plus prudents et vigilants? D’être plus courtois? Il ne faut pas attendre un accident en face de l’école Saint-Gabriel ou d’une autre école pour agir. La prévention vaut bien mieux qu’une mort sur la conscience!

Evelyne Rivard

Thetford Mines

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des