Christian Paradis : «il est clair pour moi qu’il s’agit d’un geste d’intimidation»

Christian Paradis : «il est clair pour moi qu’il s’agit d’un geste d’intimidation»
Le bureau de Christian Paradis avait été bouclé par la police.

THETFORD. La poudre blanche contenue dans l’enveloppe reçue hier au bureau de circonscription du député-ministre Christian Paradis à Thetford Mines était finalement inoffensive. C’est aussi le cas pour les enveloppes envoyées aux bureaux de ses collègues conservateurs Denis Lebel, Maxime Bernier et Steven Blaney.

Il s’agissait du deuxième événement de quatre à s’être produit lors de la même journée dans un bureau d’un ministre conservateur. La première enveloppe a été reçue au bureau de Denis Lebel à Roberval le jeudi matin. Celle au bureau de Christian Paradis a été reçue peu après 12 h 30 à son bureau de Thetford Mines et la troisième a été reçue à celui de Maxime Bernier à Saint-Georges-de-Beauce vers 13 h. En fin d’après-midi, la Sûreté du Québec avait confirmé qu’une enveloppe contenant également une substance inconnue avait été découverte au bureau du ministre Steven Blaney à Lévis. Plus tôt en journée, le personnel n’avait couru aucun risque et ne s’était pas rendu chercher le courrier ce jeudi à la suite d’incidents survenus chez ses collègues conservateurs. 

Aucune des enveloppes ne contenait un produit dangereux pour la santé. Rappelons qu’une dame travaillant au bureau de Christian Paradis avait été transportée à l’hôpital par mesure de précaution. Les tests n’ont toutefois révélé aucun dommage à sa santé. L’enquête se poursuit afin de retrouver l’auteur de cette vilaine farce.

Un geste d’intimidation

Selon Christian Paradis, il ne fait pas de doute, ce geste avait pour but d’apeurer la population. «Il est clair pour moi qu’il s’agit d’un geste d’intimidation. Notre gouvernement prend la sécurité des Canadiens au sérieux et c’est pour cette raison que nous en faisons une priorité. Ces gestes qui ont visé ma circonscription et celles de mes collègues sont graves. Je tiens à rassurer mes concitoyens de Mégantic-L’Érable, nous continuerons de mettre en place des lois pour les protéger», peut-on lire dans un communiqué publié sur son site Web.

 

Réaction de Denis Lebel

Dans un court communiqué, le ministre Lebel avait réagi à la suite de cet incident: «Ce matin, mon bureau de circonscription a reçu un colis suspect. La Sûreté du Québec a pris en main l’investigation et a informé la GRC. Ces gestes sont pris très au sérieux. La sécurité des Canadiens est une priorité pour notre gouvernement. Il ne peut y avoir de doute, nous ne nous laisserons pas intimider.»

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des