Les montagnes grises passeront au vert

Photo de Claudia Fortier
Par Claudia Fortier

THETFORD. Le paysage minier de la région subira dans les prochaines années une transformation-beauté par le biais de la firme EnGlobe Corp. En effet, ce leader international en ingénierie des sols, des matériaux et de l’environnement a comme projet de végétaliser les haldes minières, sur une période de huit à dix ans, en commençant par celles de Black Lake.

La façon de procéder consiste à utiliser des matières résiduelles fertilisantes, comme les boues municipales provenant de l’usine d’épuration des eaux, et des sols biotraités, afin de faire pousser une végétation et redonner plus rapidement le contrôle à la nature. C’est l’entreprise elle-même qui a sollicité le propriétaire des terrains où s’effectuera la plantation, soit la Société Asbestos.

«Elle a rapidement été en faveur du projet, a raconté le directeur général des régions de la Capitale-Nationale et du Centre-du-Québec chez EnGlobe, Daniel Deschênes. Elle n’aura pas à débourser un sou, donc c’était intéressant pour ses gestionnaires. Ils n’avaient qu’à nous donner l’autorisation d’accéder aux terrains.» En plus de l’autorisation de la Société Asbestos, l’entreprise a également fait les demandes de permis au ministère de l’Environnement.

Selon M. Deschênes, la Ville de Thetford Mines n’aura pas non plus à débourser les frais. «C’est un projet qui s’autofinance. Nous allons nous payer avec les matières résiduelles fertilisantes dont nous avons besoin pour concrétiser le projet. Le client paie un montant pour faire disposer cette matière et c’est comme ça que nous allons nous financer. Dans le certificat d’autorisation du ministère, nous avons différents produits qui sont approuvés. Évidemment, ce sont toutes des matières fertilisantes et non dangereuses», a-t-il soutenu en entrevue téléphonique avec le COURRIER FRONTENAC.

Les matières résiduelles qui seront utilisées contiennent de bons nutriments, en plus d’être riches en azote et en phosphore, des éléments nécessaires pour la végétalisation. «Nous allons nous en servir pour faire une couche sur le dessus pour que la végétation puisse pousser. Pour la sous-couche, nous allons utiliser des sols biotraités qui ont aussi un apport très riche en nutriments afin de favoriser la plantation. Pas la suite, nous procéderons à la semence», a expliqué M. Deschênes.

Présente ailleurs

EnGlobe a pu effectuer ce même procédé à plusieurs endroits, notamment dans la région d’Asbestos, étant présente près de la mine Jeffrey depuis une dizaine d’années. «Nous avions fait une porte ouverte à la mine Jeffrey pour que les gens puissent admirer le résultat de près et ils avaient été impressionnés. Nous allons probablement faire la même chose à Thetford Mines. Ça va dépendre des résultats, si ce n’est pas à l’automne, ce sera au printemps prochain», a précisé le directeur général, ajoutant qu’en dix ans, le projet à Asbestos s’est constamment renouvelé et autofinancé.

L’entreprise était déjà présente dans la région de Thetford, ayant eu le contrat de fabrication de terreau pour la route 112. Outre le côté esthétique pour le paysage thetfordois, EnGlobe veut aussi redonner accès à ces lieux à la population. «Ce qui est plaisant avec ce type de projet, c’est qu’il peut conduire à d’autres avenues intéressantes. Éventuellement, on pourrait y retrouver un belvédère, un parc ou une plantation d’arbres. Rien ne sera impossible par la suite», a signalé M. Deschênes.

Ce dernier a ajouté qu’il était enchanté à l’idée de réaliser un tel aménagement dans la région puisqu’il se souvient avoir été fasciné par le paysage lorsqu’il était de passage dans à Thetford Mines alors qu’il était enfant. «C’est valorisant de faire un tel projet, de redonner à une ville et à son environnement une esthétique qu’elle n’avait plus.»

Des retombées locales

L’initiative devrait également favoriser l’économie locale, puisqu’EnGlobe aura besoin de main-d’œuvre et de transporteurs locaux. «Nous venons d’engager un contremaître de la région pour le chantier. C’est un emploi à temps plein à l’année. Nous allons en sous-traitance avec des entrepreneurs et des transporteurs. Nous regarderons aussi la possibilité d’engager des stagiaires du Cégep de Thetford, soit des étudiants en environnement. Nous aurons probablement besoin de journaliers pour les grosses périodes», a mentionné le directeur général régional de l’entreprise.

Au sujet des normes pour les travaux en présence d’amiante, Daniel Deschênes a affirmé qu’EnGlobe possède un protocole de prévention efficace, l’ayant déjà utilisé à Asbestos.

Le maire est enchanté

«J’en sais très peu à ce sujet puisque je ne l’ai appris que récemment, mais tant mieux si cela améliore l’aspect de nos haldes et que ça génère des revenus pour la ville. Ce sont des entreprises privées alors la ville n’a rien à voir là-dedans, sauf pour le fait que les boues de l’usine d’épuration seront utilisées. C’est une bonne nouvelle puisque tout ce qui peut rendre la ville plus belle est le bienvenu», a affirmé le maire Marc-Alexandre Brousseau.

Séance d’information

Une présentation publique du projet de reboisement des haldes à résidus miniers stériles aura lieu le mercredi 6 mai à 19 h à l’Édifice St-Jean du secteur Black Lake. Les gens pourront poser leurs questions et échanger directement avec les professionnels responsables du projet.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des