La région investit dans le futur de l’agriculture

Photo de Claudia Fortier
Par Claudia Fortier
La région investit dans le futur de l’agriculture
La terre-école est située derrière la Coop multiservices dans le secteur Sacré-Cœur-de-Marie à Adstock.

Le Comité de développement agroalimentaire des Appalaches (CDAA) a  procédé au lancement de son incubateur, le jeudi 9 novembre, à Sacré-Cœur-de-Marie. Installées dans ce secteur d’Adstock, la terre-école certifiée biologique et les différentes infrastructures visent à répondre aux besoins des aspirants agriculteurs.  

L’objectif de ce nouvel emplacement est de faciliter l’établissement de nouveaux producteurs, de dynamiser l’économie et d’assurer l’occupation durable du territoire. L’incubateur agroalimentaire offrira trois services, soit la possibilité de louer une parcelle de terre, la chance de pouvoir créer des liens entre propriétaires et aspirants agriculteurs, ainsi qu’un accompagnement pour le démarrage d’entreprises agricoles.

La réalisation de ce projet a nécessité des investissements de plus de 250 000 $. La MRC des Appalaches a d’abord investi 40 000 $ par l’entremise de son Fonds de développement des territoires. Par la suite, la Caisse Desjardins de la région de Thetford (35 000 $), la Société d’aide au développement des collectivités de l’Amiante (25 000 $) et la Municipalité d’Adstock (16 2000 $) y ont aussi participé. Enfin, le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire a complété le financement à 50 % avec un montant de 126 200 $ grâce au Fonds conjoncturel de développement.

Cet argent a permis d’acquérir les serres et les équipements, de construire un bâtiment de services et d’embaucher une chargée de projet, Meggie Canuel Caron, dont la tâche sera d’accompagner les incubés et de superviser le tout.

Soulignons que les participants pourront profiter à moindre coût de ces facilités, ce qui leur permettra d’expérimenter leur projet sans avoir besoin d’investir des sommes importantes à l’étape du démarrage. Les candidats feront l’objet d’une sélection rigoureuse qui assurera l’établissement de candidats sérieux et désireux de s’établir formellement après leur période d’incubation qui variera entre trois et cinq ans.

Origines du projet

Selon Michel Nadeau, président du CDAA, cette annonce est le fruit de quatre années de travail. «Ce sont des gens de l’Union des producteurs agricoles qui ont commencé à faire le tour pour savoir ce que l’on pouvait améliorer au niveau de l’agriculture. À la suite de cela, nous avons rencontré les élus et nous avons fait part de nos découvertes. La MRC et la SDE nous ont fourni des ressources pour être capables d’arriver où ce que l’on est aujourd’hui. Les appuis financiers ne sont pas venus comme ça. Il a fallu vendre le projet», a expliqué M. Nadeau.

Le choix du secteur Sacré-Cœur-de-Marie s’est ensuite effectué. «Nous avions trois endroits où est-ce que nous pouvions le réaliser. Nous avons négocié avec les trois et nous avions établi des critères pour choisir la bonne municipalité. Sacré-Cœur-de-Marie correspondait à tous nos critères. Elle est située au centre de notre MRC et est tout près de Thetford Mines. Adstock nous a aussi très bien accueillis et la Municipalité croyait en notre idée», a poursuivi le président.

Pour le maire Pascal Binet, l’incubateur agroalimentaire est un bel ajout à l’offre déjà existante. «Ce projet s’inscrit dans une démarche de réflexion que nous avions eue pour développer tous nos secteurs en leur donnant chacun une vocation. À Sacré-Cœur-de-Marie, nous avons amené le côté patrimonial et nous voulions aussi privilégier le côté agricole avec des idées novatrices. C’est pourquoi nous avons levé la main lorsque l’occasion est venue. L’incubateur vient compléter l’ensemble agroalimentaire du coin», a-t-il souligné.

De son côté, le préfet de la MRC des Appalaches et maire de Kinnear’s Mills, Paul Vachon, a affirmé que ce projet est en lien avec l’occupation du territoire qu’il juge primordiale au développement des régions.

«Ce que nous avons ici, c’est un exemple de dynamisme. Lorsque la MRC a fait son Plan de développement de la zone agricole, la première chose que nous avions dit était que nous voulions une agriculture moderne et renouvelée. L’incubateur agroalimentaire, c’est ce qu’il va faire. Comme préfet, je n’accepterai jamais que l’occupation du territoire ne soit pas dans nos préoccupations premières. Je trouve ça important et c’est comme ça que nous allons faire vivre nos villages et nos régions», a-t-il dit.

Recrutement

L’incubateur est actuellement en période de recrutement de candidats pour occuper les parcelles de la  terre-école dont les activités s’amorceront au printemps 2018.  En plus de l’accompagnement et des services offerts, l’incubateur offrira aux futurs incubés la possibilité de louer une parcelle de terre, divers équipements, ainsi qu’un espace dans les serres. Les candidats intéressés à soumettre leur projet d’affaires devront faire parvenir leur demande à madame Meggie Canuel Caron, chargée de projets (incubateurdesappalaches@outlook.com).

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des