Deux représentantes de la MRC élues à des postes stratégiques

Deux représentantes de la MRC élues à des postes stratégiques
Cynthia Boucher, aménagiste, et Marie-Eve Mercier, directrice générale de la MRC des Appalaches (Photo : Gracieuseté)

Le personnel de la Municipalité régionale de comté (MRC) des Appalaches a réussi un beau doublé au cours du mois d’avril.

La directrice générale, Marie-Eve Mercier, a été élue à la vice-présidence de l’Association des directeurs généraux des MRC du Québec (ADGMRCQ) le 26 avril dernier alors qu’une semaine plus tôt, l’aménagiste Cynthia Boucher acceptait un mandat à la vice-présidence de l’Association des aménagistes régionaux du Québec (AARQ).

«Connaissant bien les enjeux des MRC, ce sera un réel privilège de les représenter et de défendre leurs intérêts auprès du gouvernement du Québec et de ses ministères», a mentionné Mme Mercier.

Au cours des dernières années, les 89 MRC ont su se positionner sur l’échiquier municipal en vue d’être enfin reconnues à titre de gouvernements de proximité. «Je verrai à poursuivre ces efforts et surtout à collaborer avec la nouvelle présidente, Linda Phaneuf de la MRC de Beauharnois-Salaberry, la toute première femme à occuper ce poste au sein de l’ADGMRCQ en plus de 20 ans d’existence», a ajouté Mme Mercier.

Cette dernière occupe la direction générale de la MRC des Appalaches depuis août 2010 et siège au conseil d’administration de l’association depuis quatre ans.

«Je crois sincèrement qu’avec cette implication personnelle en lien avec mon travail et mes responsabilités, c’est l’ensemble de notre région qui en sortira gagnante.»

Quant à l’aménagiste Cynthia Boucher, à l’emploi de la MRC depuis mars 2008, elle est impliquée au conseil d’administration de l’AARQ depuis 2015.

«Ayant à cœur le rôle que nous pouvons jouer en aménagement du territoire et en urbanisme dans les MRC, c’est avec fierté que j’ai accepté de devenir vice-présidente de l’association, explique Mme Boucher. Cet engagement me permettra de mettre en lumière les réalités locales propres à notre territoire, mais également celles des autres régions du Québec, auprès du gouvernement provincial, notamment à l’égard de la révision des orientations gouvernementales en matière d’aménagement du territoire.»

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des