L’énergie éolienne représente des coûts faramineux pour les Québécois

Photo de Claudia Fortier
Par Claudia Fortier
L’énergie éolienne représente des coûts faramineux pour les Québécois
L’achat d’énergie postpatrimoniale (comme l’éolien) a été établi prioritaire, avant même l’achat d’énergie patrimoniale (hydroélectricité) pourtant moins coûteuse. (Photo : Courrier Frontenac – Claudia Fortier)

Les blocs d’énergie de sources spécifiques, comme l’éolien, ont représenté des coûts d’approvisionnement supplémentaire estimés à 2,5 milliards $ de 2009 à 2016, montant qui a été inclus dans les tarifs d’électricité de la clientèle québécoise.

C’est ce que révèle la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, dans son plus récent rapport «Portrait – Établissement des tarifs d’électricité d’Hydro-Québec et autres sujets d’intérêt». Elle indique que de 2003 à 2014, «le gouvernement du Québec a adopté successivement plusieurs décrets visant l’approvisionnement du distributeur par les blocs d’énergie».

La vérificatrice générale note que les besoins de la clientèle québécoise doivent être comblés en priorité par ces sources d’énergie. Autrement dit, le distributeur Hydro-Québec est contraint d’acheter cette énergie avant celle des grandes centrales hydroélectriques pourtant moins dispendieuse. Par exemple, en 2016, il en coûtait 8,96 ¢/kWh (kilowatt heure) pour l’électricité postpatrimoniale (éolien et autres sources alternatives), par rapport à 2,67 ¢/kWh pour l’électricité patrimoniale (hydroélectricité).

Cette situation devrait se poursuivre puisque dans le Plan d’approvisionnement 2017-2026 d’Hydro-Québec, on prévoit une augmentation de l’apport de l’énergie postpatrimoniale, de 15,4 TWh (térawatt-heure) en 2017 à 19,2 TWh en 2026, et ce, malgré des surplus anticipés variant entre 9,1 TWh et 13,3 TWh par année. L’approvisionnement en énergie patrimoniale devrait quant à elle rester stable à 178,9 TWh.

Partager cet article

6
Laisser un Commentaire

avatar
4
2
0
 
6
pierre labrancheChuckCécileghislain hamelNormand Guertin
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Claude
Invité
Claude

Toute cette folie éolienne à été dénoncée par les économistes et les analystes en énergie, la VG est 7-8 ans en retard. Le gouvernement appuyé par les écolos ont convaincu la population que ça nous prenait des éoliennes. Regardez les bien chers thetfordois vos chères éoliennes, plus Le vent souffle plus vous assumez les pertes au profit d’une multinationale américaine.

Normand Guertin
Invité
Normand Guertin

Notre beau gouvernement libéral ne jure que par les éloiennes….Les québécois, on est bon pour payé.

ghislain hamel
Invité
ghislain hamel

Bon , il manque beaucoup d’éléments dans ce dossier. Je ne sais pas si on se limite seulement a une comparaison de couts sans tenir compte des couts que Hydro – Québec n’a pas eu a investir , des redevances payées ( 1,850 X par + ou – 200 $ ) des revenus encaissés par la caisse de dépot et investis dans la Régie des rentes. Chaque éolienne a couté a construire de 400,000 a 500,000 $ et ce, sans aucun investissement de Hydro. La comparaison mérite d’etre bonifiée.

pierre labranche
Invité
pierre labranche

Les énergies renouvelables intermittentes ne sont pas pilotables, sont inadaptées aux fluctuations de la demande, trop chères, génératrices de problèmes d’externalité, de problèmes de santé publique et de massacres de la gent ailée pour l’éolien. Leur bilan carbone, censé être quasiment nul et « sauver la planète », est catastrophique. Bref, le développement inconsidéré de cette filière, qui repose sur une idéologie radicale et irrationnelle, et non sur la raison, n’aurait jamais dû être engagé.La santé humaine doit avoir préséance sur léconomie et une corporation privé qui ne vit que par les subventions doit mourir sinon quil sen aille sur… Read more »

Cécile
Invité
Cécile

Contente de l’étude de la vérificatrice générale. Tout est dans l’ordre des choses. Elle met enfin en lumière ce que les anti-éoliens formulent depuis 2007 : le Québec n’a pas besoin d’éoliennes puisque notre belle province a suffisamment d’énergie hydro-électrique pour suffire aux besoins de notre territoire et même en exporter. Que des municipalités se soient tournées vers les compagnies éoliennes pour gonfler leur budget de fonctionnement annuel démontre leur peu d’initiatives citoyennes. On peut aller jusqu’à dire que ces municipalités vivent au crochet des contribuables québécois. Ce sont des BS de l’énergie.

Chuck
Invité
Chuck

Les élus ( municipaux inclus ) qui ont choisis de supporter l’ÉO erratique au détriment de la majorité, passent sous silence la contestation encourue officielle , actuelle… et de la qualité de vie de ses occupants résidents impactés . IGNORÉS & payeurs de taxes ?? ont choisis de ne pas spécifier publiquement ou dans les budgets d’opérations municipaux ces sommes perçues dans les coûts faramineux facturés aux contribuables ont-ils été appliqués ??? en chiffres et en pourcentages soient en priorité et comparativement avant et suivant l’ÉO- spin ??? dans les avantages des rémunérations de ses différents opérateurs ??? entre autres… Read more »