Une décision bien réfléchie pour Laurent Lessard

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Une décision bien réfléchie pour Laurent Lessard
Laurent Lessard siège à l'Assemblée nationale depuis 2003. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Le député libéral de Lotbinière-Frontenac, Laurent Lessard, a annoncé vendredi son départ de la vie politique après y avoir consacré plus de 15 ans. Celui-ci ne sollicitera donc pas de sixième mandat en octobre prochain.

«La décision que je prends aujourd’hui est bien réfléchie et portée par la volonté de retrouver les miens. Je souhaite aussi laisser la place à une relève qui pourra contribuer au développement du comté, de la région et du Québec. À titre d’élu, j’ai été à la rencontre des gens et à leur écoute. Mon travail a été orienté vers les solutions et l’atteinte d’objectifs et c’est grâce à la collaboration de nombreux partenaires que j’ai pu répondre aux attentes», a-t-il dit.

Pour M. Lessard, il est important de savoir passer le flambeau à quelqu’un qui sera en mesure d’apporter une nouvelle énergie et une autre façon d’aborder les choses. «La moyenne d’un député est de six ans. Je n’ai rien d’envisagé. Je me prépare à ce que le téléphone ne sonne plus. J’ai décidé qu’il y a toutes sortes d’autres façons de servir», a-t-il mentionné en remerciant au passage l’appui de sa conjointe Johanne.

Parmi les dossiers auxquels il a participé, le député Lessard se souvient de celui de la réfection du Pavillon Saint-Joseph (aujourd’hui connu sous le nom de Pavillon Saint-Alexandre). «Quand je suis arrivé en 2003, les finances publiques n’étaient pas faciles. Ils étaient 25 résidents par étage avec une seule salle de bain par niveau. Le bâtiment était fatigué. C’est quelque chose dont je suis très content. Les personnes qui sont là reçoivent des services extraordinaires et les lieux sont appropriés.»

Le changement de mentalité au fil des ans retient également l’attention. «S’il y a quelque chose de plus fort qui a changé à Thetford Mines, c’est la mentalité et l’attitude des gens. Il y a maintenant un positivisme sans précédent. À force de dire que de grosses affaires s’en viennent, et bien cela arrive», a-t-il affirmé.

Fin de l’industrie minière

La fermeture de la dernière mine d’amiante dans la région de Thetford Mines aura été pour lui la situation la plus difficile. «J’y suis allé à la barrière. J’étais là. Je ne pensais pas voir cela de ma vie la fin d’une activité et surtout à la suite d’une décision de l’État. Je me souviens quand la mine Bell a cessé ses activités au centre-ville. Quand tu vois environ 200 gars sortir de terre avec leur boîte à lunch et savoir qu’ils n’ont plus de travail, c’est l’affaire la plus difficile.»

Maintenant qu’il n’y a plus de mines en activité, le dossier entourant la réutilisation des résidus demeure toujours d’actualité. «Aussitôt qu’on en parle, ça repart. Nous sommes quelques-uns à défendre cela et mille à le combattre. Je crois en une réutilisation. La technologie prouvera un jour que nous sommes capables d’utiliser les résidus miniers et correctement. Nous sommes assez intelligents et nous avons appris de l’hygiène industrielle. Nous ne referons pas les erreurs du passé», a-t-il exprimé.

L’avenir de la région

Le député de Lotbinière-Frontenac se dit confiant pour l’avenir de la région. «Nous avons souffert d’avoir été à terre, maintenant, c’est le temps de lancer de nouvelles stratégies et de nouvelles façons d’aborder l’économie sur toutes ses facettes.»

Selon lui, le fonds de 50 millions $ annoncé par son gouvernement permettra aux entreprises et aux organismes d’aller encore plus loin. «Quand ça va bien, il ne faut pas s’asseoir là-dessus. Il faut redéployer la façon dont on va entrevoir l’avenir. Nous avons maintenant les outils pour être capables de lever les yeux et nous dire que nous avons un espace pour travailler», a conclu M. Lessard.

«Bien finir est aussi important que bien commencer. Il arrive un moment où tu dois prendre cette décision. Je suis content d’avoir réfléchi longtemps parce que ça n’a pas été aussi évident.» – Laurent Lessard

Parcours politique

Laurent Lessard a été élu pour la première fois aux élections générales du 14 avril 2003 dans la circonscription de Frontenac, puis réélu en mars 2007, en décembre 2008, en septembre 2012 et en avril 2014.

L’actuel ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a également été à la tête des ministères du Travail, des Forêts, de la Faune et des Parcs, des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, ainsi qu’à celle des Transports, de la Mobilité et de l’Électrification des transports. Il a aussi été ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec.

Avant de se lancer en politique provinciale, Laurent Lessard a été maire de Thetford Mines de 1999 à 2003.

À lire : Le député Laurent Lessard quittera la vie politique

Partager cet article

2
Laisser un Commentaire

avatar
2
0
0
 
2
GillesDaniel Richard
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Daniel Richard
Invité
Daniel Richard

Oui, les choses ont bien changé depuis 1999 dans la région et, c’est d’autant plus évident que je n’y reviens qu’une fois par année, parfois moins. Le mouvement semble bien lancé mais, il ne faut pas répéter l’erreur de mettre tous les oeufs de la région dans un seul panier… Pour le reste, bon retour à la vie (à peu près ) anonyme.

Gilles
Invité
Gilles

Je pense que tu peut quitter la tête haute tu as été à la hauteur il y aura sûrement des gens qui aurons des aspects négatif donc moi même mais comme le dirais le dicton populaire ont ne fait une omelette sans casser un oeuf bonne chance pour la suite