Un sombre héritage pour le Canada

Un sombre héritage pour le Canada
Le député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold

OPINION – En tant que député et citoyen, je me désole que Justin Trudeau ait persisté dans son empressement à légaliser la marijuana. Malgré les nombreuses et graves préoccupations exprimées par les forces de l’ordre, les employeurs, les médecins et des scientifiques, le premier ministre a délibérément choisi de les ignorer et d’aller de l’avant avec sa controversée mesure législative sur la légalisation du cannabis.

Dès le départ, les forces de l’ordre ont sonné l’alarme sur l’empressement de Justin Trudeau en insistant sur le fait que les corps de police ne seraient pas prêts. Qu’a fait le premier ministre? Il les a ignorés. Des médecins ont également sonné l’alarme sur l’âge minimum requis pour se procurer du cannabis en arguant que les effets sur le développement du cerveau pourraient être catastrophiques. Qu’a fait le premier ministre? Il les a ignorés.

Le cannabis est maintenant légal et le premier ministre a reconnu qu’il n’existe pas de manière concluante de déterminer si quelqu’un conduit sous l’influence de la drogue. Les policiers de partout au pays sont maintenant confrontés à une nouvelle menace à la sécurité publique sans avoir les outils nécessaires pour y faire face.

Justin Trudeau a toujours maintenu que la légalisation du cannabis avait pour but de l’éloigner des jeunes. De quelle façon? C’est une excellente question, mais malheureusement, le premier ministre l’ignore toujours lui-même.

Heureusement, plusieurs municipalités ont adopté des réglementations visant à restreindre l’utilisation de la marijuana dans les lieux publics. Je vous invite à me faire part de toutes situations problématiques auxquelles vous seriez confrontés. Le prochain gouvernement conservateur pourra ainsi corriger les graves lacunes de cette loi. Enfin, il importe de rappeler que, malgré le fait que la marijuana est maintenant légale, personne n’est obligé de subir la fumée des autres.

Le 17 octobre 2018 restera un triste jour dans l’histoire du Canada. Les Canadiens se souviendront longtemps de ce triste héritage légué par Justin Trudeau.

Luc Berthold, député de Mégantic—L’Érable
Ministre du cabinet fantôme pour l’Agriculture et l’Agroalimentaire

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
10 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Greg
Greg
2 années

Son père était le PET et Justin est le POT les 2 servent aux besoins corporels

Jean François
Jean François
2 années

Il arrive parfois qu’on doit s’occuper de sa cour qui crack plutôt que l herbe qui pousse chez le voisin.

Yves Marcoux
Yves Marcoux
2 années
Répondre à  Jean François

Plate que t’es pas le guts de mettre ton nom au complet… Cheap shut
Cabochon!!!

Lise Landry
Lise Landry
2 années

tout a fait d’accord

Lise Laliberte
Lise Laliberte
2 années

je suis tout à fait d’accord avec vous. Quand c’est le gouvernement qui s’occupe de te procurer de la drogue…

Richard Guillemetrte
Richard Guillemetrte
2 années

Je souhaite de tout mon coeur que la population réalise l’effet pervers de cette législation. Toutes les autorités médicales, les corps de police responsables ont fait ce qu’elles ont pu pour que Trudeau opte pour le bono sens, mais il semble qu’il ne connait pas la portée de ses gestes, c’est de l’irresponsabilité.
Lorsque les parents, les systèmes de justice, le médical ramassera les victimes à la petite cuiller, ce sera probablement lui qui fera un « bad trip ».

Et que dire des victimes innocentes des criminels de la route qui devront en payer le prix, parfois pour le reste de leur vie, pour cette décision irresponsable du dirigeant de la Nation, qui a été de l’avant, non pour protéger la jeunesse, mais pour faire profiter les amis libéraux qui se sont retirés de la politique active pour lancés dans cette affaire payante, des profiteurs du genre humain.

Pierre
Pierre
2 années

Et maintenant … à quand la légalisation du hash, la cocaïne, la morphine, l’hérorïne,le phentanyl? Et pourquoi pas puisqu’il s’agit de retirer tout ça des mains du crime organisé. Et pourquoi pas la prostitution. Les prostituées pourraient ainsi devenir des fonctionnaires de l’état et avoir des fonds de pension. Et pourquoi pas. À qui profite le crime!

Etienne Lemay
Etienne Lemay
2 années

Vous semblez croire que la legalisation va permettre aux citoyens de fumer comme bon leur semble et causer une epidemie de problemes de santé physiques comme mentales. Saviez vous seulement que deja, depuis les 5 dernieres annees, un important pourcentage de canadiens fumait déja de la marijuana achetée a 100% sur les marches noirs ? Maintenant, le gouvernement a enfin la possibilité de contrôler la provenance et la qualité de ces tonnes métriques de verdure, protégeant ainsi plus efficacement tout le monde (puisque l’argent, c’est le gouvernement qui va l’obtenir et non plus des dizaines de milliers de vendeurs de drogues de rue). C’est un triste jour pour le Canada qui sort de plus de 100 ans de prohibition et de taboos. En vous souhaitant de passer une excellente journée. Cordialement, Etienne.

Hélène Boutin
Hélène Boutin
2 années

Bravo M. le Député pour votre commentaire. Je suis d’accord avec vous.

Eric
Eric
2 années

Sombre héritage ? La majorité des Canadiens désiraient la légalisation mais toi, dès que possible, tu veux « corriger » les lacunes ? La question n’était pas si la police avait les outils pour dépister et punir. La vraie question est si la société canadienne est prête à accepter les responsabilités liées à ce droit.