Florent Vollant à Irlande : un spectacle bénéfice pour la rivière Bécancour et ses lacs

Florent Vollant à Irlande : un spectacle bénéfice pour la rivière Bécancour et ses lacs
Florent Vollant est notamment reconnu pour son engagement envers les rivières. (Photo : gracieuseté – Jean-Charles Labarre)

Verte Irlande ouvre sa programmation culturelle estivale avec l’auteur-compositeur-interprète innu Florent Vollant, le samedi 25 mai.

Ce dernier est une véritable icône innue, représentant réputé de la culture innue et des communautés des Premières Nations. Son parcours exceptionnel lui ont valu de nombreuses distinctions prestigieuses, tant pour son engagement auprès des jeunes artistes autochtones, et la défense/préservation de la culture innue, que pour sa production discographique.

MISHTA MESHKENU – titre de son dernier album – c’est la grande route, la 138, la plus vieille route du territoire. La voie que Florent Vollant, le nomade, a empruntée maintes et maintes fois, qui le relie en tant qu’Innu contemporain à ses racines, à ceux qui l’ont précédé et à ceux qui viendront, au gré des vents, des randonnées et des temps à venir. Avec cet album, Florent revient à ses sources musicales avec : voix, guitare, banjo, guitare dobro, violon; souvent en folk et beaucoup en country, où se côtoient ballades en Innue et en français.

Profits versés à l’APLTI

Ce spectacle se veut un grand rassemblement de mobilisation et de levée de fonds pour la protection de la rivière Bécancour et ses lacs. Pour l’occasion, Verte Irlande s’associe à l’Association pour la protection du lac à la Truite d’Irlande (APLTI), à laquelle seront versés les profits de la vente des billets pour son projet «Agir Ensemble-Haute Bécancour» afin de soutenir sa lutte contre les problèmes de pollution et de sédimentation qui affectent le lac à la Truite et son principal affluent, la rivière Bécancour.

Les perturbations environnementales de ce cours d’eau et de ses lacs débutent avec l’exploitation minière de l’amiante au début du 20e siècle ainsi que la vidange du lac Noir de Black Lake (1955-59), qui a nécessité l’installation d’un barrage afin de retenir les 23 000 000 m3 de boues aspirées et rejetées en bordure de la rivière Bécancour.

Soixante ans plus tard, le président de l’APLTI, Réjean Vézina, indique que les rapports de suivi de la qualité de l’eau de la rivière Bécancour réalisés par l’organisme RAPPEL ainsi que par Réseau Rivières (MELCC) démontrent que la rivière Bécancour (secteur Haute Bécancour) est la plus polluée au Québec dû aussi aux nombreux déversements d’eaux usées sans désinfection de la station d’épuration de Thetford Mines».

Pour Aude Fournier de Verte Irlande, «par-delà une simple levée de fonds, ce spectacle se veut un grand rassemblement de mobilisation pour l’environnement et pour nos cours d’eau. Il est déplorable que les citoyens de la région ne puissent plus mettre les pieds dans la rivière Bécancour et ses lacs sans risques pour leur santé». Des arbres de différentes variétés (offerts par le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs) seront remis à tous les spectateurs afin de verdir leur terrain.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des