Démarches pour modifier les critères du Fonds de diversification

Démarches pour modifier les critères du Fonds de diversification
Le projet de pôle récréotouristique du Mont Adstock pourrait devenir admissible si les critères sont modifiés. (Photo : gracieuseté)

La députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, a entrepris des démarches afin de faire modifier les critères du Fonds de diversification économique pour permettre de réaliser davantage de types de projets. Si cela se concrétise, celui du développement du pôle récréotouristique du Mont Adstock pourrait devenir admissible.

Le gouvernement provincial libéral avait officialisé, en mai 2018, la création de ce fonds ayant pour but de soutenir la diversification économique de la MRC des Appalaches à la suite de la fermeture définitive des mines d’amiante. Les élus et intervenants socio-économiques de la région avaient alors dénoncé les critères puisque ceux-ci ne répondaient pas aux besoins selon eux.

«Durant la campagne électorale, j’avais annoncé qu’il y aurait une possibilité de changer les règles parce que les intervenants locaux m’avaient dit qu’ils n’étaient pas contents des modalités du fonds qui sont trop contraignantes», a expliqué Isabelle Lecours en entretien avec le Courrier Frontenac.

Cette dernière s’est assise avec le Cabinet de la ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Ève Proulx, afin de regarder si des changements étaient possibles. Elle a ensuite fait la demande officielle et est présentement en attente d’un retour à ce sujet. Elle n’a pas voulu s’avancer sur une date, mais l’intention est toutefois d’aller de l’avant rapidement.

La députée de Lotbinière-Frontenac a également confirmé que le projet récréotouristique du Mont Adstock pourrait être admissible si les critères sont modifiés. «Nous nous sommes rendu compte que c’était la seule possibilité. Je veux que ça fonctionne. Puis, il y a d’autres projets structurants dans la région. Je suis très positive», a affirmé Isabelle Lecours.

Lueur d’espoir pour Adstock

Lors de la dernière séance du conseil, les élus de la Municipalité d’Adstock ont appuyé à l’unanimité la démarche entreprise par la députée. Les maires de la MRC des Appalaches ont fait la même chose lors de leur dernière séance publique.

«Présenté tel qu’il est, le Fonds de diversification économique ne permet pas d’intervenir adéquatement dans les projets identifiés et priorisés par les acteurs de la région à la suite du bannissement de l’amiante. Actuellement, le projet d’investissement du pôle récréotouristique du Mont Adstock ne cadre pas dans les critères d’admissibilité malgré son caractère structurant, et ce, dans un secteur priorisé par les élus. Indéniablement, il constitue un effet levier économique important pour la MRC dans le domaine touristique», a mentionné le maire d’Adstock Pascal Binet.

Rappelons que des promoteurs privés se sont engagés à réaliser un développement récréotouristique majeur, appelé le Domaine Escapad, représentant un investissement privé de plus de 100 millions $ à la condition que les coûts reliés aux infrastructures collectives, incluant le chalet d’accueil, les aménagements et la voie d’accès, soient pris en charge par les instances publiques. Une aide financière des paliers gouvernementaux a donc été demandée par Adstock, mais jusqu’à maintenant, celle-ci se bute à des refus et à des programmes non admissibles.

«Notre municipalité a déjà confirmé son engagement à investir plus de trois millions $, mais nous ne pouvons pas absorber la facture totale des coûts. Notre appel est entendu de la part de notre députée, nous attendons maintenant des résultats concrets de la part de notre gouvernement», a ajouté le maire.

Par ailleurs, la Municipalité a déposé une demande auprès de Développement économique Canada en août 2018 et y a aussi essuyé un refus. Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités allègue que le gouvernement provincial doit d’abord prioriser le développement pour ensuite obtenir le financement fédéral dans le cadre du volet canadien Infrastructures communautaires, culturelles et récréatives. La Municipalité interpelle donc Québec pour qu’il soit inscrit dans la liste des projets prioritaires.

«Nous avons la volonté régionale de consolider et de développer le pôle récréotouristique du Mont Adstock. Nous mettrons tous les efforts en place pour trouver le financement manquant afin de ne pas passer à côté d’une telle opportunité. Je suis confiant que les modifications au Fonds de diversification économique aideront non seulement le Mont Adstock, mais aussi d’autres projets régionaux tout aussi porteurs», a conclu Pascal Binet.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des