Découverte des producteurs d’ici

Découverte des producteurs d’ici
Les copropriétaires Stéphane Demers, Isabelle Dostie et leur fils Pier-Luc, ainsi que les cinq autres enfants de la famille, Mya, Benoit, Ariane, Justine et Alexis, ont fait découvrir leur quotidien aux nombreux visiteurs avec l’aide d’une quarantaine de bénévoles. (Photo : Courrier Frontenac - Claudia Fortier)

Plus de 1650 personnes se sont déplacés à la Ferme Dosane située dans le secteur Saint-Daniel à Adstock dans le cadre de la Journée portes ouvertes de l’Union des producteurs agricoles (UPA), le dimanche 8 septembre.

Pour l’occasion, une centaine d’entreprises des secteurs agricole et agroalimentaire accueillaient les visiteurs partout à travers le Québec, dont sept en Chaudière-Appalaches, sous la thématique «L’environnement c’est dans notre culture!». Il s’agit d’un événement faisant découvrir les pratiques agroenvironnementales et les produits de chacun. Ce rendez-vous annuel se tient depuis maintenant 17 ans. La Ferme Dosane était la seule à y participer dans la MRC des Appalaches cette année.

C’est donc dans cette optique que l’entreprise familiale, spécialisée dans la production d’agneau, s’est portée volontaire afin d’organiser une journée au cours de laquelle les gens ont pu avoir accès plusieurs kiosques rassemblant notamment des produits locaux de toutes sortes. Cantine, jeux gonflables, prix de présence et dégustations étaient également au menu, en plus, évidemment, de la visite des installations.

Les copropriétaires Stéphane Demers, Isabelle Dostie et leur fils Pier-Luc, ainsi que les cinq autres enfants de la famille, Mya, Benoit, Ariane, Justine et Alexis, ont donc fait découvrir leur quotidien aux nombreux visiteurs avec l’aide d’une quarantaine de bénévoles.

Une croissance rapide

C’est en 2012 que Stéphane et Isabelle ont décidé d’acquérir une dizaine de brebis, juste comme ça, pour le plaisir. «Nous avons vraiment aimé cela et l’année d’après, nous en avons racheté d’autres, puis en 2013, le nombre a explosé», explique Stéphane Demers.

La ferme familiale s’est transmise de père en fils, mais c’est ce dernier et sa conjointe qui ont démarré la production d’agneau de A à Z. «Nous avons mis beaucoup d’heures, de sacrifices et d’investissements. Aujourd’hui, on parle d’une entreprise qui frôle le million de dollars», soutient avec fierté le producteur. L’hiver dernier, le fils aîné du couple, Pier-Luc, est devenu associé et le nom Ferme Dosane a été créé.

La décision d’y aller vers ce type d’élevage a notamment été prise en raison de la taille des animaux, plus facile à manipuler et plus sécuritaire avec les enfants. «C’était aussi moins compliqué parce que nous n’avions pas à acheter de quota. Nous avons visité plusieurs éleveurs avant de décider d’y aller avec le mouton», raconte Stéphane.

Un produit de plus en plus en demande

Le cheptel compte actuellement 450 animaux, mais le producteur devrait monter à 600 cet hiver. En moyenne, il y a un roulement d’environ 500 bêtes. La ferme se concentre sur les races Romanov, Dorper, Dorset et autres croisements. «Nous en faisons beaucoup pour le marché pour l’encan de Saint-Hyacinthe. C’est notre principale source de revenus», souligne Stéphane Demers.

L’agneau est un produit de plus en plus recherché selon lui. «C’est une viande qui est connue, même si les gens ont toujours eu tendance à aller vers le bœuf et le porc. Elle a un petit goût qui est fort et les plus vieux disaient autrefois que ça goûtait la laine. Aujourd’hui, les gens en consomment davantage.»

Ce qui a également contribué à l’essor de l’agneau est l’arrivée d’immigrants au cours des années. En effet, la viande ovine est ancrée dans leurs traditions. «Les communautés ethniques en sont de grands acheteurs. Si elles n’étaient pas là, ça ne fonctionnerait pas aussi bien», indique le producteur adstockois.

Enfin, après des agrandissements en 2014 et 2015, l’entreprise compte bien continuer à croître dans les prochaines années.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des