Restauration de l’église Ste-Luce : la demande de subvention n’est pas retenue

Restauration de l’église Ste-Luce : la demande de subvention n’est pas retenue
L’église Ste-Luce a été construite en 1925 après qu’un incendie ait détruit la première. (Photo : Courrier Frontenac - Claudia Fortier)

Les responsables de la Grande Quête de l’église Ste-Luce, la campagne de levée de fonds visant à restaurer le bâtiment, devront de nouveau faire une demande de subvention auprès du Conseil du Patrimoine religieux du Québec (CPRQ) en 2020 puisque ce dernier n’a pas retenu celle faite plus tôt cette année. Ils demeurent toutefois positifs que leur dossier sera finalement accepté.

Le comité en a été informé à la fin août par Jocelyn Groulx, directeur du CPRQ. Selon Dave Morin, directeur de la campagne de levée de fonds, il faut comprendre les critères de sélection pour ne pas être étonnés de cette réponse. Rappelons que les responsables croient être admissibles à une subvention de 1 750 000 $, soit 70 % des travaux évalués à 2,5 millions $.

«Lors de l’analyse, certains points sont priorisés. Parmi ceux-ci, il y a bien sûr le niveau de classement patrimonial, ce qui est un avantage pour l’église Ste-Luce, car elle est classée B. Par la suite vient la date du dépôt. Nous en étions à notre première démarche en 2019, ce qui est un désavantage», a-t-il indiqué par voie de communiqué.

Il y a aussi l’urgence des travaux à faire. «Nous avons constaté au printemps que le dernier hiver a été très dommageable pour la devanture, ce qui devrait venir prioriser notre dossier en 2020», a-t-il ajouté.

Enfin, l’un des points les plus importants est la mobilisation de la communauté. Lors du dépôt en février, aucune somme n’avait encore été amassée dans le milieu et la population n’avait pas encore pu démontrer son appui au projet.

«La situation sera complètement différente en février prochain quand nous déposerons une nouvelle requête d’aide financière, car nous aurons atteint notre objectif de 750 000$ et nous serons à notre deuxième fois. L’urgence des travaux est réelle et nous pourrons présenter un dossier avec tout ce qui a été fait par la communauté au cours de l’année 2019», a expliqué M. Morin.

La participation du milieu, une réussite

La campagne de levée de fonds, amorcée le 11 juin dernier, est néanmoins un succès jusqu’à maintenant puisqu’elle a déjà atteint 85 % de son objectif. En effet, 650 000 $ ont été amassés sur un montant ciblé de 750 000 $. Dès le lancement, Desjardins avait annoncé son aide à hauteur de 100 000 $. Le comité se donnait un horizon de cinq ans afin de parvenir à son but.

«Il reste tout de même 100 000$ à amasser. Un appel est donc maintenant lancé à la population en général afin qu’elle puisse contribuer à ce succès provenant de notre collectivité. C’est maintenant à leur tour de le faire à la hauteur de leurs capacités financières. Le formulaire de don est disponible au presbytère de l’église Ste-Luce ou sur le site Web de la Paroisse St-André-Bessette», a informé Dave Morin.

Par ailleurs, une loto-voyage a été mise en place et les profits seront remis entièrement à la campagne. Plus de détails sont disponibles sur la page Facebook «La Grande Quête Donne-Don Église Ste-Luce de Disraeli».

Un bâtiment patrimonial

L’église Ste-Luce fait partie de la paroisse St-André-Bessette depuis le regroupement en 2015 des sept communautés de Disraeli, St-Julien, St-Fortunat, Ham-Nord, Notre-Dame-de-Ham, Stratford et Beaulac-Garthby. La moitié des paroissiens, soit 4000 personnes, résident près de ce lieu de culte à Disraeli (Ville), Disraeli (Paroisse), Saint-Jacques-le-Majeur et Ste-Praxède.

Selon les analyses qui ont été effectuées, la structure est encore très solide, mais c’est plutôt l’enveloppe qui se détériore. De plus, en 2025, ce sera le 100e anniversaire de sa construction. La précédente avait été détruite par les flammes en 1924. Les gens impliqués dans la campagne souhaitent donc lui permettre de poursuivre son histoire.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des