Coupe des startup : un premier arrêt réussi

Coupe des startup : un premier arrêt réussi
Thomas Paquin-Lamontagne de Visao et Nicolas Labrie de LabNco se sont affrontés en finale. (Photo : gracieuseté)

L’entreprise Visao de Québec a remporté la première place pour les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches lors de l’arrêt de la Coupe des startup qui avait lieu les 13 et 14 janvier au Centre de congrès de Thetford.

Ce concours organisé par le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ), en collaboration avec la Jeune chambre de commerce de la région de Thetford (JCCRT), représente la première étape avant la finale nationale qui aura lieu à Québec le 16 avril. L’entreprise qui remportera le titre de championne canadienne recevra 20 000 $ et sera propulsée à la finale internationale, soit la compétition «Global Meetup – Get In The Ring». D’ici là, sept autres arrêts sont prévus dans les régions du Québec et trois autres dans la francophonie canadienne.

Lors des deux jours ayant eu lieu à Thetford, les huit entreprises en phase de démarrage ou en croissance qui avaient d’abord été sélectionnées ont eu la chance de participer à des ateliers et à des rencontres avec des mentors et des experts. Après une formation sur l’art de présenter un bon discours de vente (pitch), ils se sont finalement affrontés sur le ring, le mardi 14 janvier en soirée, afin de présenter leur entreprise. C’est à la suite de trois rondes que les juges ont finalement désigné le vainqueur, soit le président de Visao, Thomas Paquin-Lamontagne.

Deux entrepreneurs de la MRC des Appalaches ont participé à ces qualifications. Il s’agit de la photographe Caroline Jacques et de Nicolas Labrie de LabNco. Ce dernier s’est d’ailleurs rendu en finale contre Visao.

«C’était une belle expérience. Ça repousse les limites de notre confort personnel, a indiqué l’entrepreneur thetfordois après l’événement. Ce n’était pas évident, mais le pitch c’est quelque chose que nous devons essayer de réaliser à répétition. Plus on en fait, plus on s’améliore», a-t-il ajouté.

Il s’est dit plutôt satisfait de sa performance, même si elle n’était pas totalement à son goût, mais il était fier de s’être rendu en finale.

De son côté, Caroline Jacques a dû s’avouer vaincue en première ronde contre l’éventuel champion. Elle a toutefois adoré ces deux journées enrichissantes. «C’est toujours valorisant et c’est une belle petite tape dans le dos quand on a une appréciation comme ça de ses pairs. Puis, de pouvoir présenter notre projet, notre bébé, non seulement le mien, mais aussi celui de l’équipe en arrière de moi, c’est une belle expérience.»

Des entrepreneurs de qualité

Le président du RJCCQ, Maximilien Roy, s’est dit surpris de la qualité des entrepreneurs qui se trouvaient à cette étape et croit que c’est bien parti pour la suite. «Les autres régions du Québec sont mieux de s’atteler parce qu’il y aura de la belle compétition qui va venir de l’étape à Thetford. J’étais content de ne pas être sur le jury parce que ce n’était pas facile. Les deux finalistes avaient des projets incroyables qui sont portés sur l’innovation et la technologie», a-t-il affirmé en soulignant que près de 300 candidatures avaient été reçues pour les dix arrêts. L’organisation en a finalement sélectionnées 80.

Pour sa part, le président de la JCCRT, Maxime Faucher, s’est dit agréablement surpris du résultat. «Ça faisait longtemps que nous travaillions sur le projet. L’idée sur papier était très bonne et nous avions hâte de voir comment ça allait se matérialiser. Je pense que tout le monde est du même avis, nous avons eu un très bon spectacle», a-t-il conclu.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des