René Lachance déplore la lenteur du système judiciaire

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
René Lachance déplore la lenteur du système judiciaire
René Lachance n'en peut plus des nombreux délais pour fixer une date de procès. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Un peu plus de trois ans après l’accident ayant coûté la vie de Danick Lachance de Tring-Jonction, son père, René Lachance, déplore le fait que l’accusé Miguel Bolduc n’ait toujours pas subi son procès.

Les événements se sont produits le 21 janvier 2017. Danick Lachance, âgé de 19 ans, a été happé mortellement alors qu’il marchait le long de la route 112 à la sortie du secteur Robertsonville à Thetford Mines. Le conducteur fautif, Miguel Bolduc, doit répondre à une accusation de négligence criminelle causant la mort. Il est soupçonné d’avoir utilisé son cellulaire au volant.

Selon M. Lachance, les délais dans ce dossier ne font aucun sens. «Ça fait trois ans et un mois et nous sommes toujours en attente d’une date de procès. Ce que l’on nous dit, c’est qu’il y a une pénurie de juges. Si je me fais arrêter pour alcool au volant, ils vont m’en trouver un. Ce n’est pas normal. À mon avis, il y a des dossiers prioritaires dans la vie et je pense que celui-ci en est un», a-t-il confié lors d’un entretien avec le Courrier Frontenac.

La victime Danick Lachance

Depuis la mise en accusation, le processus judiciaire a franchi plusieurs étapes. Aux dires de René Lachance, tout est prêt pour aller en procès. «Nous devions avoir une date le 21 janvier dernier, mais cela a été repoussé. Ça fait deux fois que ça se produit et on nous a même laissé entendre qu’il est possible que le 14 avril prochain (NDLR : soit la prochaine date prévue pour fixer celle du procès) ce soit reporté à l’automne. Est-ce que ça va finir un jour?»

M. Lachance craint qu’une demande en arrêt des procédures soit éventuellement formulée. «Est-ce que l’arrêt Jordan sera évoqué? Est-ce qu’ils attendent que l’on en arrive là et que tout tombe? Est-ce que l’on va se rendre jusqu’à quatre ans? On ne peut plus étirer cela. Ça nous prend une date de procès», a martelé le père de la victime.

Il admet que ce processus gruge beaucoup d’énergie. «J’ai hâte de tourner la page et que ce soit réglé. J’ai mal à l’estomac et je ne fais que penser à cela. Ça fait trois ans que l’accusé fait ses affaires et que pour lui tout est normal. Il faut que ça bouge!»

À lire : Mort de Danick Lachance : le conducteur devrait être accusé

À lire : Mort de Danick Lachance : toujours pas d’accusations

À lire : Accident mortel : l’utilisation du cellulaire au volant pourrait être en cause

À lire : Accident mortel : le conducteur de 18 ans remis en liberté

À lire : Un piéton de 19 ans happé mortellement

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires