L’apprentissage en plein air : une nouvelle approche dans la région

L’apprentissage en plein air : une nouvelle approche dans la région
Les enfants vivent cette expérience au quotidien depuis l’automne. (Photo : gracieuseté)

Le projet Enfant Nature inspiré d’un modèle européen a récemment été implanté dans la région. Cette nouvelle approche éducative vise à faire vivre aux enfants des activités en plein air.

Le CPE Le Champignon de Thetford Mines est le fiduciaire de ce programme auquel l’ensemble des CPE, quelques services de garde en milieu familial, le milieu scolaire et différents organismes de la MRC des Appalaches ont adhéré. Devant les nombreuses difficultés rencontrées par certains enfants (TDA, trouble de comportement, etc.), les intervenants cherchent des solutions efficaces ayant des bienfaits sur eux. Dans ce contexte, Enfant Nature a donc été accueilli favorablement.

Le projet permet de former les intervenants à l’éducation expérientielle en plein air en combinant le plaisir avec l’apprentissage. L’approche vise les enfants de 2 à 8 ans et leur permet d’explorer la nature en groupe. Celle-ci est influencée par le modèle des «Forest School» et des garderies en pleine nature de plus en plus populaires en Europe.

«J’ai eu la chance il y a cinq ans de voir ce qui se passait dans les pays scandinaves, explique la fondatrice d’Enfant Nature, Sylvie Gervais. Je me suis demandé comment on pouvait adapter cela dans notre contexte québécois. Nous nous sommes dit pourquoi nous ne ferions pas une formule qui répond aux besoins de notre ministère de la Famille et en fonction de notre réalité. Nous avons donc développé la formation des éducatrices. L’idée derrière cela est vraiment le jeu libre, actif et créatif en interaction avec la nature. Ça crée des situations d’apprentissage extraordinaires pour les enfants. Pour ceux en difficulté, ça les aide beaucoup. On les sort dehors et ils ont cette belle liberté de se découvrir autrement.»

Le projet est en place depuis l’automne dernier au CPE Le Champignon qui a vite été enchanté par son potentiel. «Dans notre milieu, ça se passe tous les jours. Les éducatrices le font vivre aux 4 ans. Par exemple, ça peut se faire par une sortie extérieure ou par l’histoire», indique la directrice générale Maggy Roy.

Une mobilisation pour soutenir les frais de formation et pour l’achat de matériel d’intervention plein air s’est mise en place dès le départ. Le comité de financement est formé du CPE Le Champignon, de Jézabel Amesse, agente de promotion des saines habitudes de vie, de Carole Roy, organisatrice communautaire de la Direction de santé publique, et du Réseau d’entraide des Appalaches.

Plusieurs institutions ont participé financièrement à la mise sur pied du programme dans la région, soit Desjardins (20 000 $), le Fonds de développement des territoires de la MRC des Appalaches (12 696 $), l’Unité régionale de loisir et de sport de la Chaudière-Appalaches (10 918 $) et auxquels s’ajoute la participation du CPE La Tourniquette qui sera bénéficiaire pour les 24 heures du CAPS.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires