Armand Vaillancourt rejoint le projet de fresque «Nos couleurs unifiées»

Communiqué
Armand Vaillancourt rejoint le projet de fresque «Nos couleurs unifiées»
Armand Vaillancourt et Annie Rodrigue, lors de son passage au domicile de l’artiste peintre et sculpteur à Montréal (Photo : gracieuseté)

L’artiste de renommée internationale Armand Vaillancourt apportera son expertise et sa folie créative au projet de fresque collective intitulée «Nos couleurs unifiées».

Le sculpteur originaire de Black Lake se joint aux deux artistes responsables du projet, Annie Rodrigue et France-Anne Blanchet, pour créer la structure qui accueillera l’œuvre géante à l’effigie du territoire de la MRC des Appalaches, dont chaque pièce représentera une municipalité.

Ce projet d’envergure a reçu l’appui de la MRC pour son originalité et son aspect rassembleur puisque les citoyens des 19 municipalités seront invités à peindre leur milieu. Le projet artistique est soutenu par le gouvernement du Québec dans le cadre de l’entente de développement culturel avec la MRC et du Fonds de développement des territoires. D’autres partenaires se sont joints à l’aventure, comme la Société d’aide au développement de la collectivité (SADC) de L’Amiante et la Télévision communautaire de la région des Appalaches (TVCRA).

«Avant de déposer notre demande de financement à la MRC, nous devions être en mesure d’évaluer les coûts de réalisation. La structure devant supporter la fresque géante en extérieur nous posait un problème. Aucune de nous n’avait l’expertise nécessaire et nous ne trouvions personne pour nous guider dans cette étape. Je lance alors à Annie : « Ça nous prendrait Vaillancourt! » Contre toute attente, elle lui a écrit et, moins d’une heure plus tard, ce grand sculpteur manifestait son intérêt à prendre part au projet», explique France-Anne Blanchet.

En plus de construire la structure devant supporter la fresque géante, Vaillancourt créera le support pour chaque pièce à l’effigie des 19 territoires de la MRC. «Au terme de l’exercice, se réjouit-elle, chaque municipalité aura son propre Vaillancourt. N’est-ce pas fantastique?»

«Il y a des rêves qu’on n’ose pas imaginer. Travailler avec ce pionnier de l’art populaire au Québec, reconnu dans le monde entier, en faisait partie. Je l’ai étudié lorsque j’étais à l’université et je l’ai toujours admiré. C’est un véritable privilège qu’il accepte de travailler avec nous», lance Annie Rodrigue aussi emballée qu’émue.

Né à Black Lake, le 3 septembre 1929, Vaillancourt fait l’École des beaux-arts de Montréal et oriente rapidement sa pratique vers la rue bien avant l’avènement du Street Art. Récipiendaire de plusieurs prix, dont le très prisé Paul-Émile-Borduas (1993), il a été fait chevalier de l’Ordre national du Québec (2004) et compagnon de l’Ordre des arts et lettres du Québec (2018).

Annie Rodrigue s’est rendue à Montréal pour rencontrer l’artiste afin de définir les détails de l’entente de partenariat. Lorsqu’elle lui a demandé sa motivation à participer à leur projet, Vaillancourt a spontanément répondu : «J’aime les gens! C’est un projet fait par les gens. En plus, c’est chez nous, ça me touche».

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des