Interconnexion des Appalaches-Maine : la première partie de l’audience publique dès le 21 juillet à Québec

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Interconnexion des Appalaches-Maine : la première partie de l’audience publique dès le 21 juillet à Québec
La première partie de l'audience publique vise à mettre en lumière tous les aspects de cet important projet. (Photo : Gracieuseté)

La première partie de l’audience publique entourant le projet de construction d’une importante ligne de transport d’énergie reliant le poste des Appalaches d’Hydro-Québec, situé à Saint-Adrien-d’Irlande, à l’État du Maine se déroulera à compter du mardi 21 juillet au Centre des congrès de Québec.

La commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sera présidée par Michel Germain. Il sera secondé par Scott McKay.

Cette première partie aura lieu en présence de représentants d’Hydro-Québec et des personnes-ressources convoquées afin de répondre aux questions de la commission et des participants afin de mettre en lumière tous les aspects de ce projet.

Les questions du public peuvent être transmises par écrit via un formulaire qui sera disponible sur le site Web du BAPE, entre le 6 et le 13 juillet, ou par boîte vocale au numéro 1 800 463-4732. Les questions reçues seront intégrées à celles de la commission et posées en séance.

Considérant la situation actuelle entourant la COVID-19 et les mesures applicables, la salle où se tiendront les séances de cette première partie ne sera pas accessible au public. Elles seront entièrement webdiffusées. Toute personne intéressée pourra poser ses questions en direct devant la commission par téléphone ou par vidéo. Il sera possible de le faire en s’inscrivant au registre qui sera accessible via le site Web du BAPE et par téléphone (au numéro indiqué ci-haut), à compter du mardi 21 juillet à 17 h.

À l’occasion de la deuxième partie, qui débutera le mardi 18 août, la commission recueillera l’opinion et les suggestions du public. Elle entendra alors toute personne, tout organisme, tout groupe ou toute municipalité qui désire s’exprimer sur le projet, que ce soit sous forme de mémoire ou de présentation verbale. Le lieu où se tiendra cette deuxième partie sera annoncé ultérieurement.

La commission d’enquête dispose d’un délai maximal de quatre mois pour accomplir son mandat. Son rapport sera remis au plus tard le 19 novembre au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette. Par la suite, le ministre disposera de 15 jours pour le rendre public.

Le projet

Le projet Interconnexion des Appalaches-Maine vise la construction d’une ligne à courant continu d’une tension de 320 kilovolts d’environ 100 km entre le poste des Appalaches et un point de raccordement à la frontière entre le Québec et le Maine. La mise en service est prévue à l’automne 2022.

Le tracé initial proposé a toutefois engendré une certaine tension entre la Ville de Thetford Mines et Hydro-Québec puisque celui-ci longeait une portion résidentielle du secteur Black Lake, ce à quoi l’administration municipale s’est opposée fermement en raison des impacts sur les citoyens.

Après plusieurs échanges, une nouvelle variante a finalement été élaborée. Celle-ci éviterait le secteur résidentiel en le contournant par le sud-est, cheminerait à l’ouest du lac Caribou et rejoindrait le tracé retenu l’année dernière par Hydro-Québec à la hauteur du lac Noir. À la fin du mois de mai, la société d’État a lancé une consultation publique afin de transmettre de l’information et obtenir l’avis des citoyens.

De son côté, la Ville de Thetford Mines a mis en branle une démarche visant à inviter les citoyens à bien s’informer et à exprimer leur désaccord quant au corridor initial retenu.

À lire : Interconnexion des Appalaches-Maine : lancement d’une consultation publique

À lire : Les citoyens invités à bien s’informer avant de se prononcer

À lire : Un tracé alternatif sera présenté au BAPE

À lire : La Ville de Thetford demeure sur sa position face à Hydro-Québec

À lire : Thetford Mines s’oppose au tracé proposé par Hydro-Québec

À lire : Interconnexion Appalaches-Maine : cinq municipalités de la MRC visées

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Éric Leclerc
Éric Leclerc
3 mois

La construction et la mise en service du poste de distribution à St-Adrien d’Irlande dans les années 90, était probablement le point de départ de la construction d’une seconde ligne à haute tension vers les États-Unis, dans les plans stratégiques à long terme d’Hydro-Québec. Il faut penser aux retombées économiques directes qu’entraînera la construction d’une autre ligne de transport et non aux conséquences; car tout comme pour le déploiement des éoliennes un peu partout sur notre territoire, aucun citoyen n’a pu empêcher une société d’État aussi importante de passer à l’action, malgré les craintes anticipées sur la santé et sécurité et les gens très mal renseignés.