Très peu de conditions médicales justifient une exemption au port du masque

Par Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
Très peu de conditions médicales justifient une exemption au port du masque

Faisant suite à l’adoption du décret sur le port obligatoire du masque dans les lieux publics fermés, le Collège des médecins indique, à priori, qu’il semble y avoir très peu de conditions médicales qui justifient une exemption au port du masque à des fins préventives.

« Il est en tout temps requis, pour le médecin, de s’abstenir de délivrer à quiconque et pour quelque motif que ce soit un certificat de complaisance ou des informations écrites ou verbales qu’il sait erronées », rappelle le Collège des médecins en invitant ses membres à faire preuve d’exemplarité dans l’application des mesures de protection énoncées par les autorités gouvernementales.

Sur son site Web, l’ordre professionnel des médecins québécois précise également le code de conduite à avoir devant le refus du patient à porter le masque. «Lorsqu’un patient se présente en milieu de soins ou en cabinet sans masque ou sans couvre-visage, l’information pertinente doit lui être donnée et un masque doit lui être offert. De l’assistance doit également être fournie à toute personne incapable de mettre ou de retirer le masque. Dans l’éventualité où le patient refuserait formellement le port du masque et que ce dernier ne se trouve pas en situation d’urgence, le patient devrait alors être invité à quitter le milieu de soins ou le cabinet », souligne-t-on.

Dans ce contexte, un autre rendez-vous pourrait être offert au patient au moment où il acceptera de porter le masque ou le couvre-visage, mais l’obligation de suivi de la part du médecin demeure. Lorsque cela est possible, un rendez-vous par téléconsultation pourra être offert au patient.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires