Québec n’ira pas de l’avant avec une application mobile… pour le moment

Par Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
Québec n’ira pas de l’avant avec une application mobile… pour le moment
(Photo : @depositphotos.com / tatsianama)

Considérant que la situation liée à la COVID-19 est stable, aucune application ne sera déployée par le gouvernement dans l’immédiat. Cette annonce fait suite à la consultation publique à laquelle 16 456 personnes ont participé. Québec sera toutefois prêt à déployer une telle application au besoin.

« Je tiens à remercier les personnes qui ont participé à la consultation. Pour moi, il était impensable d’envisager cette solution sans s’assurer d’abord d’obtenir l’aval des citoyennes et des citoyens du Québec. Si la situation l’exigeait, le gouvernement pourrait déployer l’application. Nous avons la responsabilité d’être prêts et de mettre à la disposition des Québécoises et des Québécois le maximum d’outils pour freiner la propagation du virus sans faire de compromis sur la sécurité des renseignements personnels des citoyens. Advenant son déploiement, il m’apparaît important de rappeler que son utilisation serait volontaire et son fonctionnement soumis au consentement actif de l’individu », a souligné Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale.

En effet, advenant une deuxième vague, le gouvernement travaille à préparer les infrastructures et la logistique nécessaires à un déploiement rapide, sécuritaire et efficace de l’application, a-t-on indiqué.

« Depuis le mois de mars, les Québécoises et les Québécois ont grandement contribué à limiter la propagation du coronavirus, et ce, en adoptant des mesures de prévention. Même si nous nous tenons prêts à déployer une arme supplémentaire contre la COVID-19, avec une application de notification de contacts, nous ne devons pas baisser la garde et devons maintenir nos bonnes habitudes. Je souligne, d’ailleurs, la grande collaboration de la population à cet égard et je sais que je peux compter sur son appui pour minimiser les effets d’une deuxième vague », a rappelé de son côté Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires