Temps partagé et PCU : un cauchemar pour des travailleurs de Mégantic-L’Érable

Communiqué
Temps partagé et PCU : un cauchemar pour des travailleurs de Mégantic-L’Érable
Le député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold (Photo : Gracieuseté)

Selon le député Luc Berthold, le Programme de travail à temps partagé devient un véritable cauchemar pour des employeurs et des travailleurs du comté de Mégantic-L’Érable.

Par voie de communiqué, il déplore le fait que plusieurs dizaines d’employés ne reçoivent qu’une partie de leur salaire depuis le mois de juin, en raison d’un bogue informatique entre Service Canada et l’Agence du revenu du Canada, et qu’il n’y a pas de solution probable avant encore plusieurs semaines.

Le Programme de travail à temps partagé permet aux entreprises de garder leurs employés en ne leur versant qu’une partie de leur salaire, la différence étant comblée par le gouvernement du Canada.

Le député précise que le problème est que certains travailleurs ayant reçu des prestations canadiennes d’urgence (PCU) ou l’assurance-emploi d’urgence et ayant réintégré le travail avec le Programme de travail partagé ne reçoivent tout simplement pas la part de leur salaire qui est subventionnée.

« Pour certains travailleurs, le manque à gagner correspond à 55 % de leur salaire total. Comment voulez-vous nourrir une famille, payer l’hypothèque et les factures avec seulement 55 % de ce qui vous est dû! C’est complètement ridicule! Le gouvernement est au courant de cette problématique depuis au moins le début du mois de juin, pourtant, rien n’a encore été fait », condamne-t-il.

Luc Berthold dénonce le fait qu’un travailleur qualifié d’une entreprise a été forcé de démissionner, incapable de conjuguer plus longtemps avec des paies de travail incomplètes. « Nous sommes en communication constante avec Service Canada, le cabinet de la ministre Qualtrough, et malgré que tout le monde soit au courant du problème, il n’y a personne pour mettre en œuvre une solution. Dans ce cas particulier, le gouvernement libéral n’assume tout simplement pas le leadership nécessaire pour aider les travailleurs, qui ont la chance d’avoir un emploi. La relance de notre économie ne passera pas par des prolongations de PCU, mais par des emplois concrets pour les Canadiens. Comment peut-on accepter de punir celles et ceux qui ont tourné le dos à la PCU pour reprendre leur emploi? C’est complètement ridicule. »

Le député Berthold entend poursuivre ses démarches auprès de la ministre libérale et des hautes instances de Service Canada pour que cela se règle le plus rapidement possible. « On nous dit que le problème et la solution sont connus, mais que ce sera long. Cette réponse est inacceptable. Que l’on envoie vite des chèques aux gens qui sont privés d’une partie importante de leur salaire dès maintenant, on fera les comptes plus tard », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Normand Guertin
Normand Guertin
2 mois

Une solution contestée quand la PCU est arrivée, on disait qu’on faisait des chèques en blancs….La solution maintenant, on voudrait que le gouvernement fasse encore des chèques en blanc…..