« Je ne savais pas du tout que j’avais le virus »

« Je ne savais pas du tout que j’avais le virus »
(Photo : Depositphotos.com)

La dame qui serait à l’origine des cas de COVID-19 dans des milieux d’hébergement à Thetford Mines s’est confiée mercredi au Courrier Frontenac.

Tout en désirant garder l’anonymat, elle s’est dit tout à fait désolée et brisée de ce qui arrive présentement. « Je vous jure que je n’aurais jamais voulu rentrer ça dans aucune résidence. Quand j’y suis allée, je ne savais pas du tout que j’avais le virus. Je ne dis pas cela pour me blanchir, mais je veux simplement que la vérité se sache. »

La dame soutient avoir coiffé des résidents les mardi et mercredi 1er et 2 septembre, dont sa mère, mais ne l’a su que le jeudi 3 septembre en après-midi qu’elle pourrait être infectée. Elle affirme aussi qu’elle portait bel et bien le masque lors de tous ses rendez-vous. « J’ai coiffé quelques clientes à mon salon jeudi matin et j’ai fermé sur l’heure du midi parce que je me sentais fiévreuse. Mon mari et moi avons été testés vendredi et nous avons eu les résultats le samedi. »

La dame mentionne ne pas l’avoir attrapé à son salon, mais lors d‘une rencontre avec une personne qui était porteuse sans le savoir. Son mari et elle sont maintenant considérés rétablis depuis le début de la semaine.

Elle trouve cependant difficile le fait d’avoir été pointée du doigt comme si elle avait voulu que tout cela arrive. « Je ne souhaite pas ça à personne. Je suis étiquetée comme étant irresponsable, mais ça fait des années que je fais des résidences et jamais personne n’a eu à dire quoi que ce soit contre moi, mais maintenant, c’est comme si j’étais marquée au fer rouge. »

Elle indique que ce matin, une inspection a eu lieu à son salon de coiffure afin de vérifier si les normes de sécurité étaient respectées et tout était correct.

Rappelons que lundi, la directrice de santé publique, Dre Liliana Romero, affirmait dans une entrevue accordée au Courrier Frontenac que la dame avait des symptômes quand elle avait donné ses services, mais hier (mardi), le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches corrigeait l’information en disant que « la coiffeuse n’avait pas de symptômes au moment où elle a coiffé ces gens et qu’elle n’avait pas encore passé de test, ne sachant pas qu’elle avait attrapé le virus ».

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, avait lui-même affirmé en conférence de presse mardi qu’elle se savait porteuse du virus avant de se rétracter plus tard en après-midi. « J’ai dit qu’une coiffeuse a offert des services en RPA sachant qu’elle était atteinte de la COVID-19. Or, on m’indique qu’elle était contagieuse, sans le savoir. Mon message reste clair : chaque individu a sa part de responsabilité et doit respecter les mesures », avait-il déclaré via son compte Twitter.

Partager cet article

4
Laisser un Commentaire

avatar
3
1
0
 
3
Pierre-Rock TremblayNancy CossetteElie Carrier
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Elie Carrier
Invité
Elie Carrier

https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6928e2.htm Article très très intéressant du CDC. (en anglais) (Center for disease control) Un des organismes les plus réputés en épidémiologie au monde. À moins que vous soyez conspirationnistes alors je vous dirais: « Passez votre chemin. » En gros ça dit que 2 coiffeurs ont donné des services de coiffure à 139 clients sans aucune transmission du COVID-19. Les coiffeurs respectaient les mesures d’hygiènes en vigueur en juillet aux États-Unis dont la plus importante: le port du masque. 139 clients en science, c’est de l’anecdotique. Il n’y a pas grand chose à tirer de cela. Mais c’est quand même… Read more »

Pierre-Rock Tremblay
Invité
Pierre-Rock Tremblay

voilà! et si c’est bien fait, en ne jouant pas avec le masque, en se désinfectant/ lavant les mains souvent, on augment de beaucoup les chances de ne pas avoir de problème.

Nancy Cossette
Invité
Nancy Cossette

Même le charmant Legault dans sa conférence de presse lundi ou mardi l’a accuser à tort!!!
Pauvre dame

trackback

[…] À lire : « Je ne savais pas du tout que j’avais le virus » […]