Le BAPE reprend les constats et recommandations sur l’eau du GROBEC

Communiqué
Le BAPE reprend les constats et recommandations sur l’eau du GROBEC
Les lacs de la Haute-Bécancour (lac à la Truite d’Irlande, lacs William et Joseph) se dégradent de façon accélérée en raison, notamment, des apports en résidus miniers amiantés provenant des haldes de Thetford Mines. (Photo : Gracieuseté)

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a rendu public le 7 août dernier son rapport d’enquête et d’audience publique sur L’état des lieux et la gestion de l’amiante et des résidus miniers amiantés.

Ce rapport reprend les principaux constats et recommandations relatifs à l’eau et aux milieux aquatiques émis par le Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC) dans son mémoire déposé pour l’occasion : Impacts des résidus amiantés sur les ressources en eau de la Haute-Bécancour.

Le BAPE est notamment d’avis qu’un programme de suivi soit mis en place pour mieux documenter l’impact des amoncellements (haldes) de résidus miniers amiantés (RMA) sur la qualité des eaux de surface et souterraines, ainsi que sur les composantes biologiques des milieux aquatiques récepteurs.

De plus, considérant l’impact significatif de l’érosion et du ruissellement des haldes de résidus miniers amiantés sur la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, le BAPE recommande aussi une caractérisation de ces haldes pour permettre d’élaborer un plan global d’intervention visant à contrôler leur érosion vers les lacs et rivières. Ces mesures seraient élaborées et supervisées par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Le BAPE recommande au gouvernement du Québec de profiter de l’expertise des organismes de bassins versants (OBV) comme le GROBEC dans la mise en œuvre de ces différentes actions. D’ailleurs, le Vérificateur général adjoint et Commissaire du développement durable dans son rapport à l’Assemblée nationale 2020-2021 (chapitre 3) souligne le manque d’appui du MELCC et du ministère des Affaires municipales et de l’habitation (MAMH) auprès des OBV et recommande d’appuyer activement les organismes de bassins versants dans leur rôle de concertation.

Pour l’heure, l’urgence est de s’attaquer d’abord au ruissellement et au décrochement des haldes riveraines dans la rivière Bécancour et ses affluents. Les lacs de la Haute-Bécancour (lac à la Truite d’Irlande, lacs William et Joseph) se dégradent de façon accélérée, en raison notamment, des apports en RMA provenant des haldes de Thetford Mines.

C’est pourquoi le GROBEC demande au gouvernement du Québec de : fournir les ressources financières pour mettre en œuvre les recommandations du BAPE en lien avec les ressources en eau de la Haute-Bécancour; reconnaître le GROBEC comme un organisme partenaire essentiel pour la mise en œuvre des recommandations liées à l’eau.

«En attendant la réaction du ministre de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques au rapport du BAPE, le GROBEC est prêt à collaborer avec le MELCC et les acteurs de l’eau de la Haute-Bécancour pour mettre en œuvre les recommandations du BAPE. Le GROBEC leur propose d’ailleurs une rencontre au sein de la Table de concertation de l’eau de la Haute-Bécancour en novembre prochain afin de planifier la mise en œuvre des actions», indique Gervais Pellerin, président du GROBEC.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires