Lancement d’une initiative en écoconstruction dans la région

Lancement d’une initiative en écoconstruction dans la région
(Photo : depositphotos.com)

La Société de développement économique de la région de Thetford (SDE) et Espace entrepreneuriat région Thetford (E2RT) ont lancé dans les dernières semaines la première étape conduisant à la mise en place du HUB Construction durable. Ce projet vise à créer un réseau d’entreprises et d’experts de l’écoconstruction dans la MRC des Appalaches.

L’objectif est de sensibiliser, informer, former et accompagner l’écosystème de la région afin de répondre aux besoins des donneurs d’ordre et des développeurs de projets de construction durable à faible empreinte environnementale sur les marchés local, national et international.

L’écoconstruction est la création, la restauration, la rénovation ou la réhabilitation d’un bâtiment avec des ressources peu transformées, durables et dans le respect de l’environnement dans lequel il se trouve. Ce genre de structure prend en compte le choix des matériaux, leur cycle de vie et leur durabilité, l’efficacité énergétique, la gestion des ressources, l’impact environnemental et les conditions de vie des occupants. Les bâtiments, à haute performance, peuvent réduire les émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 91 % quand ils sont correctement conçus, construits et installés avec une vérification opérationnelle des systèmes. Il s’agit d’un secteur en effervescence et en croissance depuis plusieurs années.

Arnaud Gabrieli et René Couture

Deux consultants auront la tâche de mener ce projet dans la MRC des Appalaches. Ancien propriétaire de Couture et Fils à Thetford Mines, René Couture a fondé l’entreprise E=Mk2 spécialisée dans l’écomarketing pour l’industrie de la construction. Pour sa part, Arnaud Gabrieli est ingénieur de formation et est aussi président de Gaïaa sources, une structure hybride de recherche et développement dans les domaines de la construction à économie d’énergie et de la domotique. Tous deux ont créé un OBNL, Ubakus, faisant la promotion et la sensibilisation des bâtiments à faible empreinte environnementale.

Dans les derniers mois, les projets professionnels de M. Couture l’ont amené à rencontrer l’équipe de la SDE qui avait déjà manifesté un intérêt pour une initiative en lien avec ce domaine. « Par le passé, nous avions mis en place le projet maître d’œuvre dans lequel nous avions regroupé toutes les entreprises qui touchaient de près ou de loin la construction afin de nous faire connaître à l’extérieur. Nous avons déjà un beau noyau prêt à travailler ensemble, donc c’était intéressant de partir sur des bases que nous avions déjà. C’est pourquoi, lorsque nous avons eu une invitation pour les rencontrer, nous avons dit oui toute suite. Nous avons beaucoup de manufacturiers dans la région, c’est une voie qui s’est développée avec la fin de l’exploitation minière », a soutenu France Vachon, chargée de projet à la SDE.

Le territoire compte en effet autour de 165 entreprises de l’industrie de la construction, sans compter les professionnels tels que les architectes et les dessinateurs.

Un état de situation

Les deux consultants entreront en contact avec les entreprises afin de réaliser un état de situation sur le territoire. Cette première étape consiste à les sensibiliser au concept de construction durable, à les mobiliser autour de ce créneau, à acquérir et à accroitre la connaissance sur l’état du secteur manufacturier, à soulever les défis et les contraintes mentionnées par les entreprises, à identifier les besoins de formation et d’accompagnement ainsi qu’à brosser un portrait de la situation.

« Dans un premier temps, notre tâche sera de voir comment les entreprises perçoivent le développement durable et l’écoresponsabilité chez elles. Est-ce qu’elles sont intéressées ou trouvent-elles que c’est un paquet de trouble? Est-ce que c’est flou ou ont-elles déjà commencé? Nous entendons parfois que c’est une question de coûts, mais ce n’est pas vrai que c’est plus cher. Si ça l’est, il faut voir pourquoi. Nous croyons qu’il y a un intérêt, mais nous ne savons pas encore à quel point. Le but est d’aller à leur rythme et d’amener des solutions simples. Nous nous sommes donné trois mois pour cette étape », a expliqué M. Couture.

À l’hiver 2021, lors de la deuxième phase de ce projet, l’E2RT entend démarrer une cohorte de formation avec des entreprises qui souhaitent évoluer dans le domaine de l’écoconstruction.

« Parfois, elles le font déjà sans le savoir. Ça prend des gens comme eux pour vulgariser ce que c’est. Ça va peut-être permettre aux entreprises de se dire qu’elles sont plus écoresponsables qu’elles le pensaient », a souligné France Vachon.

L’objectif, selon M. Gabrieli, est aussi d’amener un nouveau regard. « En faisant des changements progressivement, elles pourront, par exemple, arriver à développer une nouvelle ligne de produits. Il y a de nombreuses possibilités. »

René Couture a pour sa part indiqué que le changement doit aussi se faire auprès des donneurs d’ouvrage. « S’ils n’embarquent pas, ça ne donne rien. Dans notre démarche, il va falloir que nous traduisions l’information aux villes, aux organisations scolaires et aux promoteurs immobiliers pour que tout le monde soit dans le même bateau », a-t-il conclu.

Les entreprises de la région qui sont intéressées à en apprendre davantage sur le projet peuvent contacter France Vachon à la SDE région de Thetford au 418 338-2188 poste 236 ou par courriel au developpement@regionthetford.com.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires