Québec impose un «traitement choc»

Par Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
Québec impose un «traitement choc»
François Legault (Photo : gracieuseté)

Québec a annoncé mercredi soir l’imposition d’un couvre-feu. Cette mesure exceptionnelle s’appliquera à partir du samedi 9 janvier, de 20 h à 5 h, et cela pour quatre semaines, soit jusqu’au 8 février. Des amendes de 1000 $ à 6000 $ sont prévues pour les récalcitrants.

Le premier ministre François Legault a qualifié cette annonce de traitement de choc et a indiqué que le gouvernement n’avait pas le choix d’imposer ces mesures afin de réduire les contacts sociaux devant la flambée des cas de COVID-19 et des hospitalisations. Cette situation s’expliquerait en grande partie par des contagions à l’occasion de visites dans les maisons privées. À noter que le Nord-du-Québec est exclu de ces mesures.

« On est dans une course contre la montre. En ce moment, le virus va plus vite que nous et pour le ralentir, on a besoin d’un traitement choc », a déclaré François Legault en qualifiant le combat contre la COVID-19 de « la bataille de notre vie ».

Au niveau des commerces non essentiels, la pause qui devait se terminer le 11 janvier durera jusqu’au 8 février. La cueillette à la porte sera toutefois permise. Les épiceries et les dépanneurs devront fermer à 19 h 30, alors que la fréquentation des lieux de culte est à nouveau interdite. Québec demande aussi aux manufacturiers et au secteur de la construction de s’en tenir aux activités essentielles.

De plus, le premier ministre prolonge la fermeture des écoles secondaires d’une semaine supplémentaire. Le retour en classe se fera le 18 janvier. Pour les élèves du primaire, le retour en classe s’effectuera comme prévu le 11 janvier. On y imposera cependant le port du masque pour les 5e et les 6e années. Tous les enfants devront porter un couvre-visage dans les corridors.

François Legault a particulièrement invité les personnes âgées à rester à la maison, précisant qu’elles représentent 80 % des cas. « Si on veut faire des efforts pour réduire les hospitalisations et les décès, il faut beaucoup mieux protéger les personnes de 65 ans et plus. Ce n’est pas le temps de prendre des risques et d’aller contaminer votre mère ou votre grand-père », a-t-il indiqué.

Concernant les vaccins, le premier ministre du Québec avait un message pour Justin Trudeau. « On pourrait vacciner quatre fois plus de personnes que ce qu’on fait actuellement, mais on n’a pas assez de doses », a-t-il souligné d’un ton excédé. L’objectif est de vacciner 250 000 personnes d’ici le 8 février.

Les activités devront se limiter à la bulle familiale

Toutes les activités sociales, récréatives ou sportives devront désormais se limiter à la bulle familiale. Concrètement, des activités telles que la marche et la pratique du ski alpin et du ski de fond seront tolérées, à condition que ce ne soit pas en groupe.

Les activités sportives intérieures seront interdites, à l’exception des cours d’éducation physique et des programmes particuliers en contexte scolaire, de l’entraînement des athlètes identifiés et des sports professionnels qui ont reçu une autorisation de la Santé publique.

Il ne sera plus permis de participer à des activités extérieures avec huit personnes, à moins que toutes fassent partie de la même bulle familiale et vivent ensemble dans le même lieu de résidence.

Les stations de ski alpin demeureront ouvertes, mais elles ne pourront pas offrir de ski de soirée.

Avec la collaboration de Claudia Fortier

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires