Le partage des rues

Tribune libre
Le partage des rues
(Photo : Depositphotos.com)

Je suis une coureuse depuis bientôt dix ans. Je marche aussi régulièrement dans les rues de notre ville. Je m’assure de circuler face aux véhicules puisque, presque à chaque sortie que je fais, je constate comment les automobilistes ne partagent pas du tout les rues avec les marcheurs et les coureurs.

Pourquoi est-il si difficile pour eux de laisser un espace sécuritaire comme on le fait avec les cyclistes ou encore avec les véhicules d’urgence sur l’autoroute, d’autant plus lors de conditions hivernales?

Une plaque de glace est si vite arrivée. Non, vous n’aurez pas de contravention si vous vous déplacez vers le centre de la rue. Au contraire, les policiers trouveront que vous avez du jugement. Diminuer votre vitesse est également une bonne chose à faire. Plutôt que de frôler les marcheurs et les coureurs vous devriez les encourager, surtout en temps de pandémie.

Ce sont des gens qui bougent autant pour leur santé physique que mentale. Ils sont de plus en plus nombreux à le faire et c’est tant mieux. Alors, chers automobilistes, habituez-vous, car vous n’avez pas fini de nous côtoyer. Un peu de civisme et de bienveillance SVP!

Marie-Claude Mercier
Thetford Mines

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
6 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] Read original article here […]

trackback

[…] Read original article here […]

trackback

[…] Read original article here […]

trackback

[…] Read original article here […]

Manon Grenier
Manon Grenier
6 jours

WoW Marie-Claude! Tu as tout à fait raison. On s’aperçoit rapidement quel automobiliste a l’habitude de marcher. Bravo pour ton message!

Pierre Michaud
Pierre Michaud
6 jours

Oui c’est très frustrant, surtout quand il n’y a pas de trafic dans l’autre direction. J’ai marché 3,300 kms avec mon chien l’année dernière et j’ai rencontré un très grand nombre de gens frustrants, surtout sur Mooney et la 9e rue.
J’exagère mon déplacement vers la gauche quand ils passent trop près et j’envoie la main à ceux qui se déplacent. La hauteur de ma main indique le niveau de mon appréciation.
Mes autres frustrations sont ceux qui nous arrosent et ceux qui ne regardent pas derrière eux en reculant dans leur cour.
Merci à tous ceux qui nous respectent en se déplaçant.