Un plan stratégique de développement et de valorisation des résidus miniers réclamé

Communiqué
Un plan stratégique de développement et de valorisation des résidus miniers réclamé
Environ 800 millions de tonnes de résidus miniers sont présents dans la région de Thetford. (Photo : Courrier Frontenac – Jean-Hugo Savard)

La Société de développement économique de la région de Thetford (SDE) demande au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec de réaliser un vaste plan stratégique de développement et de valorisation des 800 millions de tonnes de résidus miniers présents sur le territoire.

Dans une lettre transmise en décembre dernier au ministre Jonatan Julien, la SDE rappelle que les haldes de résidus de la région de Thetford provenant de l’exploitation des anciennes mines contiennent du magnésium métallique. On y retrouve des teneurs de plus de 20 %, alors que la moyenne contenue dans la croûte terrestre est d’environ 2 %. Ces teneurs représentent à elles seules, selon le ministère de l’Économie et de l’Innovation, une valeur de plus de 400 milliards $ canadiens. De surcroît, ces volumes de résidus assureraient des opérations industrielles de valorisation pendant plus de 100 ans.

« Nous croyons que le Québec peut et doit devenir un chef de file de l’économie circulaire, basé sur une économie à faible empreinte carbone et un usage efficient des ressources. Ainsi, réduire notre besoin d’exploiter les ressources naturelles par une valorisation des résidus miniers est une avenue que le gouvernement doit encourager et soutenir », de commenter le président de la SDE, Marc-Alexandre Brousseau.

L’organisation qu’il représente souhaite que les travaux géoscientifiques prévus au Plan québécois pour la valorisation des minéraux critiques et stratégiques 2020-2025 tiennent en compte les résidus miniers de Chaudière-Appalaches et de l’Estrie à titre de gîtes de magnésium; qu’un programme de R & D spécifique à la valorisation des résidus miniers soit instauré et que des mesures financières soient mises en place pour stimuler les projets de valorisation des résidus miniers. Selon M. Brousseau, la valorisation présente de nombreux avantages tant économiques et sociaux, qu’environnementaux.

« Nous partageons grandement la vision du gouvernement de vouloir renforcer la vitalité économique des régions par la valorisation du potentiel minier de la région, dans un concept de relance économique verte. La demande pour les minéraux critiques et stratégiques est de plus en plus forte et l’approvisionnement devient un enjeu stratégique partout sur la planète. La valorisation des résidus des anciennes mines offre plusieurs avantages : réutilisation de substances déjà extraites, réduction du volume des résidus à restaurer et possibilité de générer de l’activité économique importante pour les régions », de conclure le directeur général de la SDE, Luc Rémillard.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pierre-Rock Tremblay
Pierre-Rock Tremblay
4 mois

Je ne comprend pas pourquoi que les grands producteurs de magnésium de ce monde ne se précipites pas pour en profités. À 20%, toute près…, pas besoin de dynamitage, à enlever de la terre, pour faire une mine à ciel ouvert ou souterraine, avec toute les coûts que ça engendre pour exploité. Qu’est-ce qu’il y a qui cloche? Qu’est-ce qu’il y a qu’on ne sait pas? Est-ce l’amiante que ce sable contiens le problème? J’aimerais savoir.

Normand Guertin
Normand Guertin
4 mois
Répondre à  Pierre-Rock Tremblay

On a eu Magnola qui a construit son usine
à Asbestos, et qui a fait des études ici même sur les différentes haldes de la région. Le choix c’est tourné vers Asbestos…Magnola a investi un millard dans son usine, et n’a jamais opéré à sa pleine capacité, et a tout fermé à cause de non rentabilité…On s’acharne encore la-dessus….Pourquoi????Çà donne de l’espoir au gens je crois

Pierre-Rock Tremblay
Pierre-Rock Tremblay
4 mois
Répondre à  Normand Guertin

ça fait 30 ans qu’on l’entend cette chanson. Moi elle ne me donne pas espoir. Je n’y croix plus. Ils peuvent toute les ensemencées comme ceux de stérile tant qu’à moi.

Denis Groleau
Denis Groleau
4 mois

Magnola, c’était seulement une crosse. Après la mise en marche de l’usine, son rodage et près de 2 milliards donné par les deux palier de l’industrie,un ans jour pour jour, l’usine a été démanteler, transporter dans le port de Trois Rivières, charger sur des bateau et expedier en Chine. Maintenant, c’est la Chine qui produit le magnésium pour le monde entier.