Plus de 500 000 $ pour trois projets de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Communiqué
Plus de 500 000 $ pour trois projets de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Table de développement des communautés des Appalaches

Après plus d’un an de mobilisation, la Table de développement des communautés des Appalaches annonce la réalisation de trois projets structurants pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans la MRC. Ceci est le résultat d’une démarche concertée auprès de partenaires des milieux communautaire et municipal de la région et permettra de soutenir tant les jeunes, les adultes et les aînés dans l’amélioration de leurs conditions de vie.

Ces projets répondent aux priorités identifiées dans la région, soit la lutte contre les préjugés, la sécurité alimentaire, les services de proximité, la persévérance scolaire et l’éducation ainsi que le transport et la mobilité.

Les projets identifiés sont rendus possibles grâce au soutien financier issu du Fonds québécois d’initiatives sociales (FQIS), octroyé dans le cadre de l’Alliance pour la solidarité, en collaboration avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS).

« Je suis fier d’accorder une somme de 518 951 $ afin de soutenir ces initiatives, dans la MRC des Appalaches, liées aux Alliances pour la solidarité. Dans le contexte actuel de pandémie, plus que jamais, la mise en œuvre de projets structurants tels qu’un accès à la formation, un carrefour alimentaire et un lieu offrant des services aux citoyens est essentielle pour les personnes en situation de vulnérabilité. Votre gouvernement s’appuie sur un vaste réseau d’organismes à travers le Québec comme la Table de développement des communautés des Appalaches qui font preuve d’innovation et de créativité pour soutenir les communautés », a soutenu Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Formation de proximité et ateliers dans le secteur sud

Ce projet vise à développer des formations et ateliers à proximité des personnes et centrés sur les intérêts des individus. L’implication des personnes sera priorisée, et ce, particulièrement dans le choix de la programmation et des projets éducatifs.

« Si les gens nous disent vouloir améliorer leurs compétences en cuisine végétarienne ou en menuiserie, nous verrons à leur offrir ce qui les intéresse en collaboration avec les organismes communautaires du milieu ou avec d’autres ressources disponibles », précise Marcelle Dubois, chargée de projet.

Le Centre d’entraide de la région de Disraeli coordonne cette initiative qui vise à sortir les gens de leur isolement et à les outiller dans des domaines variés. Les formations seront mobiles dans tout le secteur sud, selon les besoins des citoyens. Le projet prévoit également soutenir les participants dans le transport vers les formations.

Le SPOT : sympathique place ouverte à tous dans le secteur nord

Le développement d’un lieu multidimensionnel accueillant et ouvert à tous les citoyens a rapidement fait l’unanimité du milieu. Dans ce lieu, les citoyens pourront se doter de services décentralisés qui répondront à leurs besoins. La mise en place des services ou projets nommés qui pourraient prendre différentes formes : ateliers sur le budget, initiation à l’écocitoyenneté, développement de services d’entraide, bébé-bazar, cuisines collectives, etc. Le projet prévoit des sommes en transport pour s’assurer que cet élément ne soit pas un frein à la participation.

Carrefour alimentaire intégré des Appalaches

Le Carrefour alimentaire vise la réappropriation du système alimentaire local en connectant les différentes initiatives sur l’ensemble du territoire de la MRC des Appalaches et en façonnant une structure participative afin que les gens s’y sentent parties prenantes. Cette structure permettra aux personnes en situation de pauvreté de témoigner de leur vécu et d’être accompagnées pour mettre sur pied des réponses à leurs besoins. Quelques services pourraient être développés et offerts sous un même toit : un lieu pour organiser des cuisines collectives ou un repas communautaire, un comptoir alimentaire (épicerie) et un lieu de socialisation (café).

Les personnes qui vivent des situations de vulnérabilités sont les mieux placées pour réfléchir aux réponses adaptées à leurs besoins, elles seront donc impliquées dans le développement des projets.

Selon les données du Recensement de 2016 de Statistique Canada, 16,1 % de la population de la MRC des Appalaches était à faible revenu et 10,6 % pour Chaudière-Appalaches. Le revenu total moyen en 2015 parmi les particuliers de 15 ans et plus était de 34 679 $ dans la MRC des Appalaches et de 40 838 $ pour Chaudière-Appalaches.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires