Une première maison de soins de fin de vie dans la MRC des Appalaches

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Une première maison de soins de fin de vie dans la MRC des Appalaches
Les instigatrices du projet Lyne Bergeron et Mélanie Piché (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Depuis une vingtaine d’années, Lyne Bergeron et Mélanie Piché caressent l’idée de participer à la construction d’une maison spécialisée pouvant accueillir des personnes de la région se trouvant en situation de fin de vie. Ce projet est finalement en voie de se réaliser.

« Mélanie et moi avons étudié ensemble en soins infirmiers au Cégep de Thetford. Nous avions commencé à discuter de ce projet à ce moment-là. La construction de la Maison Michel-Sarazin, qui a été la toute première à exister, a été une inspiration. Nous sommes parties chacune de notre côté, mais cette idée a toujours été ancrée en nous et elle nous a suivies à travers notre cheminement professionnel », a mentionné Lyne Bergeron au Courrier Frontenac.

C’est finalement en janvier 2019 que la femme originaire d’Inverness, qui travaille aujourd’hui dans un tout autre domaine en Beauce, a relancé son amie à ce sujet. « Un an et demi avant, j’avais accompagné mon père jusqu’à la fin de sa vie et cela a ravivé quelque chose en moi. La région n’a pas de maison dédiée aux soins palliatifs. Il n’y a toujours pas cette option qui s’offre aux gens. Il se peut que certaines personnes admises à l’urgence meurent à cet endroit parce qu’aucune chambre n’est disponible. Il y a aussi cette réalité et je pense que nous sommes rendus là », a-t-elle soutenu.

Il faut savoir que sur le territoire de Chaudière-Appalaches, la MRC des Appalaches est la seule à ne pas avoir ce type d’installation. Actuellement, deux chambres privées sont mises à la disposition des personnes en fin de vie au centre hospitalier de Thetford Mines, quatre dans des CHSLD et de l’accompagnement à domicile est possible avec la collaboration du CLSC. « Notre maison comptera six lits. Elle se veut complémentaire aux services déjà existants. Elle permettra d’offrir des soins de confort. La personne sera prise en charge par une équipe formée et spécialisée à ce niveau dans un endroit chaleureux et où les membres de la famille n’auront pas tout le fardeau qu’elles ont à domicile », a renchéri Mélanie Piché.

Les deux femmes ont d’ailleurs eu l’occasion de visiter plusieurs établissements au cours des derniers mois. « Cela nous a réellement donné la motivation de pousser notre projet. Nous avons eu la chance de rencontrer des clients qui ont pu nous dire comment ils vivaient cela avec leur famille. C’est extraordinaire ce qui est offert dans ces maisons. Nous avons aussi développé des liens avec des collaborateurs qui nous ont aidées à travers les différentes étapes et qui continuent à le faire », a dit l’infirmière de formation qui réside à Irlande.

De nombreux appuis

La future maison de soins de fin de vie aura pour nom « Les couleurs du vent » et sera gérée par un organisme à but non lucratif.

Le projet a reçu l’appui du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), de la MRC des Appalaches, de la Ville de Thetford Mines, des députés provincial et fédéral ainsi que de la Clinique familiale de Thetford Mines. Les deux femmes peuvent aussi compter sur le soutien de la Société de développement économique de la région de Thetford qui les accompagne depuis le début.

« Pour l’instant, nous ne sommes pas en mesure de dévoiler les coûts du projet. Nous sommes en train d’élaborer le plan de financement. Nous voulons bien nous préparer. Une partie proviendra des dons et une autre de la part du gouvernement du Québec qui viendra compléter le tout. Nous devrions pouvoir vous donner plus d’informations dans les prochains mois », a expliqué Mme Piché.

Il faut dire que la pandémie de COVID-19 a, par la force des choses, fait en sorte que le projet n’avance pas aussi vite que souhaité. Au moment d’écrire ces lignes, le lieu précis où sera construite la maison de soins de fin de vie n’était toujours pas déterminé. Le périmètre ne devrait toutefois pas dépasser 15 minutes de voiture de l’hôpital. Dans le meilleur des mondes, Lyne Bergeron et Mélanie Piché aimeraient une ouverture à l’automne 2022.

Quelques données

Selon les indicateurs fournis par le CISSS-CA pour la région de Thetford en 2018-2019 :

  • 216 personnes ont bénéficié de soins palliatifs à domicile. De ce nombre, 26,10 % sont décédées à la maison.
  • 21 personnes provenant de la communauté ont reçu ce type de soins au niveau des chambres dédiées dans les CHSLD. De ce nombre, six provenaient de leur domicile et 15 de l’hôpital.
  • 100 personnes ont été admises au niveau des deux chambres de soins palliatifs de l’hôpital. De ce nombre, 24 ont transité par l’urgence.
  • Au total, 117 personnes sont décédées dans les lits dédiés de soins palliatifs de l’hôpital. Leur taux d’occupation était de 58,77 %. Cependant, ces chiffres ne comptent pas les personnes décédées dans des chambres non dédiées aux soins palliatifs.

Population vieillissante

La MRC des Appalaches est celle dont la population est la plus vieillissante en Chaudière-Appalaches. Elle observe une forte proportion des personnes âgées de plus de 65 ans. En 2018, celle-ci était de 29 % sur le total de la population desservie et les prévisions annoncent une augmentation pouvant atteindre 37 % en 2036.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Clement Demers
Clement Demers
9 jours

Je vous félicite mesdames. C’est un très beau projet qui me tient à cœur.

Yvon Bureau
Yvon Bureau
8 jours

Merci de créer et de parler de Maison de soins de fin de vie.

Cela va fort bien avec la Loi concernant les soins de fin de vie et la Commission des soins de fin de vie. C’est une désignation compréhensible par tout le monde.

Comme la Maison Michel-Sarrazin et plus de la moitié des Maisons de soins palliatifs, avez-vous l’intention d’inclure le soin tout à fait légal, l’Aide médicale à mourir.
Je l’espère.

Si mon expertise et mon expérience (plus de 35 années) dans l’univers des Droits-Libertés-Responsabilités de la personne en fin de vi ou rendue à la fin de sa vie, faites signes! Gratuitement, bien sur!

Gratitude++ et admiration++ à vous autres. Dans cette noble Cause du mourir éclairé, libre et digne.

VIEux Yvon Bureau ts.
CMDL
Québec.
Ps Je ferai don …

Suzanne Turgeon
Suzanne Turgeon
6 jours

Bravo pour ce beau projet. J’aurais tellement aimé que mon conjoint puisse finir ses derniers moments de vie dans une maison de fin de vie.