Grève de trois jours des enseignants collégiaux

Par Frédéric Desjardins
Grève de trois jours des enseignants collégiaux
La grève touchera le Cégep de Thetford. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Les professeurs de 45 établissements collégiaux, affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), seront en grève du 11 au 13 mai. Le Cégep Beauce-Appalaches, le Cégep de Lévis et le Cégep de Thetford seront touchés par cet arrêt de travail.

Ces enseignants possèdent un mandat de débrayage équivalent à cinq jours, à exercer au moment jugé opportun. Leur convention collective est échue depuis plus d’un an et les négociations se retrouvent dans une impasse.

« Nous avons des demandes importantes pour lutter contre la précarité, tant au secteur régulier qu’à la formation continue. Nous demandons aussi d’avoir suffisamment de ressources dans les techniques lourdes de la santé, ainsi que pour l’encadrement des étudiants en situation de handicap », mentionne Yves de Repentigny, vice-président responsable du regroupement cégep de la FNEEQ.

Caroline Senneville, vice-présidente de la CSN, dénonce l’attitude de fermeture du gouvernement. « Les mandats de grève s’accumulent aussi dans les autres syndicats du secteur public de la CSN. Le gouvernement ne peut plus gérer cette négociation selon ses seules priorités électorales ou selon les crises médiatiques. Sur le terrain, il y a des centaines de milliers de travailleurs qui doivent pallier les multiples problèmes d’attraction, de rétention et de surcharge de travail », affirme-t-elle.

La grève commencera le 11 mai à midi et se terminera le 13 mai à la même heure. « Nous sommes arrivés au bout de nos options pour faire progresser les discussions. Nous n’hésiterons pas à exercer notre droit de grève si la situation ne débloque pas », rappelle Yves de Repentigny.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marcel Talbot
Marcel Talbot
2 mois

Il me semble que les syndicats pourraient attendre que la pandémie soit sous contrôle avant de faire des grèves, qui a mon avis ne donnent pas grand chose de nos jours. Il s veulent tout simplement profiter de la crise sanitaire pour pousser le gouvernement contre le mur.

C’est bien beau demander plus d’argent mais la question est; nous les payeurs de taxes, pouvons-nous payer plus?????