Médiation familiale en cas de violence

Publireportage
Médiation familiale en cas de violence

Lors d’une séparation, surtout lorsque les personnes impliquées ont des enfants ou des biens en commun, la médiation familiale peut être une manière efficace de gérer la situation pour assurer une transition ordonnée et efficace pour la suite des choses.

 

Pourquoi la médiation familiale n’est-elle pas recommandée en cas de violence?

 

Dans un contexte de violence, un rapport de force inégal s’établit entre victime et agresseur. La personne qui agresse ayant alors un avantage indu sur la victime. Pour éviter que cela ne se répercute sur les décisions prises en raison de la séparation (qui ne seraient alors pas justes et équitables pour tous les membres de la famille impliqués dans la séparation), la médiation familiale n’est pas recommandée en cas de violence.

Il est quand même possible d’y avoir accès si les deux parties impliquées y consentent. Si cela est le cas, il est important de prendre certaines précautions pour que le consensus établi à la fin de la médiation soit le plus à même de répondre aux besoins des deux personnes qui se séparent, mais aussi de leurs enfants. Par exemple, le besoin de sécurité ne doit jamais être négligé.

Le choix du médiateur

 

La violence conjugale est un enjeu complexe qui induit de nombreuses difficultés concernant le rapport de force entre les ex-conjoints, mais aussi concernant la communication, la sécurité, la santé mentale, etc. Pour qu’une médiation familiale en contexte de violence soit juste et équitable, il est indispensable qu’elle soit menée par un médiateur qui a une formation appropriée pour bien comprendre les enjeux supplémentaires impliqués dans la séparation du couple. Le médiateur doit être en mesure de distinguer les types de violences, mais aussi de les dépister pour éviter qu’elles ne s’invitent dans la discussion. Ce dépistage lui permet aussi d’évaluer les risques pouvant découler de la médiation et des enjeux qui y sont discutés (la garde des enfants, par exemple). Il est important que le médiateur puisse identifier les mesures de sécurité à mettre en place pour que tout se passe bien lors des séances de médiations. Il doit aussi connaître quels sont les services appropriés pour soutenir autant la victime que la personne qui agresse.

Des services complémentaires

 

Dans les cas de violence au sein du couple, la médiation familiale peut être précédée d’une préméditation où vous aurez accès à de l’information juridique. Lors de cette séance, vous profiterez d’un espace de discussion avec un juriste. Ce dernier sera en mesure de vous transmettre des informations sur le fonctionnement de la médiation familiale. Il abordera la question du contexte de violence et de l’impact qu’il aura sur le processus. Vous pourrez y poser toutes vos questions sur la manière dont se passera la médiation, sur ce qui y est permis ou non, sur ce que vous pouvez en attendre. Vous pourrez aussi vous informer sur les autres voies possibles pour régler les questions concernant votre séparation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires