Une centaine d’annulations en 36 heures pour un restaurateur de Thetford Mines

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Une centaine d’annulations en 36 heures pour un restaurateur de Thetford Mines
Le propriétaire du Restaurant la Bourgade, Marquis Groleau (Photo : (Photo capture d'écran))

Le propriétaire du Restaurant la Bourgade de Thetford Mines, Marquis Groleau, a partagé via les médias sociaux son désespoir. À quelques jours du temps des Fêtes, les annulations se succèdent.

« Nous étions pas mal complets pour les fins de semaine à venir, mais avec les annonces du gouvernement, il s’est libéré pas mal de places. Je suis un peu découragé, mais nous allons quand même passer au travers. Aujourd’hui (16 décembre), un groupe de 60 et plus, un de 22 et un de 16 ont annulé leur réservation. Les gens continuent d’appeler », a-t-il partagé.

Ce dernier invite la population à continuer de venir manger dans son restaurant. « Vous êtes les bienvenus. Nous avons malheureusement bien de la place. Nous avions réservé un DJ pour vendredi et samedi. Nous ne l’annulerons pas. Nous avions aussi rempli les frigos et les congélateurs. Nous allons laisser ça congelé en attendant de voir la suite », a-t-il dit.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jacqueline
Jacqueline
1 mois

J’ai de la difficulté avec certaines choses. Au resto, code vaccinal obligaoire et masque lorsque debout. Dans un grand magasin dont la première lettre est C e le nom se termine par o… masque, mais pas de code vaccinal a fournir..Il y a foule même de la difficulté à te frayer un chemin dans les allées. C’est la loi de pitou et minou. Minou peut aller sur le divan mais pas pitou….

Mélany-Manon Bilodeau
Mélany-Manon Bilodeau
1 mois
Répondre à  Jacqueline

Même constatation de mon côté il y a déjà quelques semaines. J’ai décidé de ne plus allé au C….o. C’est n’importe quoi les mesures sanitaires.

Denis Beaulé
Denis Beaulé
1 mois

Eh quoi! : serait-ce « ça », cette année, Noël, censément plus grande Fête de famille de l’année, d’où devrait-on maintenant en bannir aussi résolument qu’inexorablement, aussi complètement et durement qu’impitoyablement, de ses membres ?

Où seraient donc passés, dites, l’esprit et la magie de Noël, si, au lieu de recherche d’apaisement et rapprochement, au lieu de Rencontre ou (ré)conciliation, on allait profiter de cette occasion pour en faire une « consécration » d’exclusion ?

À la guerre même on fait trêve à Noël bien souvent. Et nous, on en profiterait plutôt pour accroître la « guerre » (de famille) entre nous, au lieu (d’r’’essayer) de se parler ?

Si, au moins, y avait-il évidence que « les bons et les justes » se trouvent, incontestablement, à l’unisson, tous d’un bord; et les « bêtes », les vilains, les « pas fins », les « mauvais » ou « méchants », de l’autre; alors, là, oui, peut-être, s’avérerait-on fondés, justifiés de « tasser », repousser aussi cavalièrement les « autres », ou les ignorer, faire comme s’ils n’existaient pas ou comme s’ils n’avaient pas même valeur que… « les bons et les justes ». Or…

Force est de constater qu’il n’en est pas ainsi. Car ne peut-on ne pas constater aujourd’hui que la médecine a failli, que la science médicale est vaincue (par la ‘Bête’ plus forte qu’elle). À preuve, on ne peut « permettre » même aux doublement et triplement vaccinés de se rencontrer librement sécuritairement entre eux, seuls, exclusivement, sans risque ou danger. La Science a failli et échoue encore. Jour après jour. Le passeport vaccinal même apparaît ainsi, de plus en plus, comme une ‘joke’ ? Sans véritable utilité ?

En pareil cas, pourquoi ne tâcherait-on pas au moins de mieux « réussir » socio-familialement, en essayant de se parler, tout le monde, autour de Noël; en essayant de rapprocher; au lieu d’exclure plus crûment, plus extrêmement, plus définitivement ou plus… « cruellement » encore ?

Jonathan Vallieres
Jonathan Vallieres
1 mois
Répondre à  Denis Beaulé

Denis, tu as totalement raison. Trêve pour la vie de famille, la récompense pour 1 an de guerre.