Amiante : bientôt interdit au Canada

Amiante : bientôt interdit au Canada
Les normes de santé et de sécurité pour les travaux de voirie et de construction en présence d'amiante est déjà un lourd fardeau pour la région de Thetford.

Selon Radio-Canada, Justin Trudeau devrait bientôt annoncer que l’utilisation de l’amiante sera dorénavant interdite au Canada. À moins d’un imprévu, le premier ministre tiendra une conférence de presse à ce sujet la semaine prochaine, accompagné de plusieurs de ses ministres.

Cette annonce viendrait porter un dur coup à la région de Thetford qui travaille depuis de nombreuses années afin de rendre possible des projets de valorisation des résidus miniers. D’ailleurs, la Ville de Thetford Mines se disait récemment fort inquiète du projet de loi déposé par le Nouveau Parti démocratique (NPD) à la Chambre des communes visant le bannissement complet de l’amiante et de tous les produits qui en contiennent. Elle invitait alors le parti à se rétracter sur cette question.

«Un tel projet de bannissement de l’amiante sous toutes ses formes affecterait non seulement le potentiel industriel de nos haldes minières qui, outre l’amiante, contiennent du magnésium, du chrome, du nickel et du platine, mais entraînerait des répercussions directes sur les emplois qui en découlent ou en découleront», avait mentionné le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, précisant qu’il n’était pas question de la réouverture des mines, mais bien de valoriser les montagnes de résidus éparpillées un peu partout dans la région.

Selon lui, l’impact serait aussi majeur sur la valeur des propriétés minières qui sont les plus grands propriétaires fonciers de son territoire. «Cela occasionnerait une baisse importante des revenus de taxes pour la Ville», avait-il dit.

Les normes de sécurité entourant la présence d’amiante se sont resserrées au cours des dernières années et plusieurs mesures sont présentement appliquées pour assurer la santé des travailleurs.

«Nous connaissons le sujet mieux que quiconque. Nous savons comment interagir avec la présence d’amiante et nous sommes tout à fait conscients que tout risque nécessite les mesures de sécurité appropriées, ni plus, ni moins. Il reste que la gestion de l’amiante sur notre territoire entraîne des dépenses considérables», avait souligné le maire de Thetford Mines.

Le Canada suit la tendance

Le Canada, qui a déjà été l’un des principaux producteurs d’amiante au monde, l’a utilisé pour de nombreuses constructions de bâtiments et de routes. Le pays en importe encore même si la dernière mine en son sol a été fermée il y a cinq ans, soit la mine Jeffrey à Asbestos, en Estrie. Selon le Congrès du travail du Canada (CTC),  les importations d’amiante au pays ont augmenté ces dernières années, leur valeur étant passée de 4,7 à 8,3 millions de dollars de 2011 à 2015. Il est principalement utilisé pour la fabrication de freins et de tuyaux.

En interdisant ce minerai, le Canada suivrait donc la tendance mondiale. En effet, plus d’une cinquantaine de pays, dont la majorité des nations européennes, a déjà interdit tout produit à base d’amiante en raison des risques pour la santé. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sous toutes ses formes, y compris le chrysotile, l’amiante est cancérogène pour l’être humain.

Enfin, selon la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, l’amiante est encore aujourd’hui la principale cause de décès chez les travailleurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires