COVID-19 : la population invitée à se responsabiliser

COVID-19 : la population invitée à se responsabiliser
La directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches, Dre Liliana Romero, a fait le point sur la situation épidémiologique dans la région. (Photo : gracieuseté)

Préoccupée par la situation épidémiologique qui continue de se détériorer en Chaudière-Appalaches, la directrice régionale de santé publique, Dre Liliana Romero, appelle les citoyens et citoyennes à « prendre leur part de responsabilité », soulignant que nous sommes actuellement dans une « période de transition au niveau de la pandémie » et qu’après plusieurs mois, tous devraient à présent savoir comment se comporter pour éviter la progression de la COVID-19. Selon elle, « l’étape du paternalisme ou du maternalisme est déjà passée ».

Il faut dire qu’en ce moment, la Chaudière-Appalaches est l’une des régions les plus touchées par la hausse des cas, bien qu’elle se fasse ressentir partout en province. « Nous avons eu une augmentation de 60 % dans les deux dernières semaines, soit une moyenne d’environ 100 par jour. Il s’agit d’un écart de 20 % avec le reste du Québec. […] La collaboration des citoyens est toujours de mise pour appliquer les mesures sanitaires malgré l’essoufflement bien légitime à cette étape de l’année », a-t-elle affirmé en conférence de presse virtuelle avec les médias de la région.

On y retrouve actuellement 226 milieux sous surveillance ainsi que 132 éclosions actives, réparties principalement dans les écoles primaires, les services de garde et les entreprises. Le nombre de tests effectués est resté stable, mais le taux de positivité est passé de 5,7 % à 7,1 % dans la dernière semaine, indiquant que le virus circule de plus en plus. Le nombre de personnes hospitalisées est de huit dans la grande région, incluant deux à l’hôpital de Thetford.

Pour l’instant, aucun cas du variant Omicron n’a été répertorié en Chaudière-Appalaches. Bien que des voyageurs en provenance des pays ciblés soient sous surveillance, aucun d’entre eux n’a été testé positif au virus.

Concernant la permission des rassemblements à 20 personnes vaccinées pendant les Fêtes, Dre Romero a soutenu qu’il en va de la responsabilité des gens de demeurer prudents, rappelant au passage que la circulation du virus et ses conséquences ne sont pas les mêmes chez les personnes vaccinées que chez celles non vaccinées. La directrice régionale de santé publique s’attend néanmoins à voir une progression des cas à la mi-janvier en raison des festivités.

« C’est une tendance qu’il y a pour toutes les maladies infectieuses. Si on prend par exemple l’influenza, il y a toujours une hausse en janvier en raison des contacts du temps des Fêtes. Je m’attends à la même chose avec la COVID-19 », a-t-elle expliqué.

Elle a également dit anticiper une baisse une fois que la période scolaire sera terminée et une nouvelle hausse par la suite en janvier.

FORTE AUGMENTATION DANS LA MRC DES APPALACHES

Après une certaine stabilité au cours des dernières semaines, la MRC des Appalaches a connu depuis le 29 novembre une hausse importante des cas actifs de COVID-19, passant de 67 à 168 en neuf jours, soit une augmentation de 150 %. Selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec, le taux par 100 000 habitants y est de nouveau l’un des pires en province à 395,8.

Plusieurs classes sont présentement fermées en raison d’éclosions, dont six à l’école Sainte-Bernadette de Saint-Joseph-de-Coleraine, deux à l’école du Tournesol de Thetford Mines, une à l’école Saint-Louis de Thetford Mines ainsi que deux groupes à la Polyvalente de Black Lake. Des cas ont aussi été répertoriés dans plusieurs autres écoles sans qu’ils entraînent de fermeture.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires