Des entrepreneurs s’unissent pour venir en aide à Vicky Dubois

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Des entrepreneurs s’unissent pour venir en aide à Vicky Dubois
Vicky Dubois aux côtés de quelques-uns de ses bons samaritains. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Une mère de famille de Thetford Mines peut compter sur la générosité de plusieurs entrepreneurs de la région afin de remettre sa maison mobile en bon état, après que celle-ci soit tombée de ses blocs, le 1er juillet dernier au matin, causant ainsi d’importants dommages.

«J’étais assise dans la maison avec mon petit garçon de sept ans. Un moment donné, j’ai entendu un bruit et je me demandais d’où cela provenait. Puis, j’ai senti la maison bouger. Mon premier réflexe a été de me diriger vers la porte d’entrée. Ç’a été vite», a mentionné Vicky Dubois au Courrier Frontenac.

À ce moment, la femme de 40 ans ne comprenait pas ce qu’il venait de se passer. «J’ai appelé mes frères et sœurs et un voisin est venu m’aider. Ma maison était complètement tombée à terre. Les blocs qui la soutenaient ont cédé et elle s’est déplacée d’un bon trois pieds. J’ai donc contacté mes assurances et on m’a répondu que les dommages n’étaient pas couverts puisqu’ils font partie des exclusions et que c’était probablement dû à un mouvement de sol en raison du gel et du dégel. Donc, ils refusent de payer», a ajouté la résidente de la rue Bonneville.

Elle se retrouvait alors devant rien. «Tu leur demandes ce que tu dois faire et ils ne te dirigent même pas vers un organisme quelconque. Tu dois t’arranger et faire les démarches à tes frais», a déploré Vicky.

Gracieuseté

Les travaux nécessaires pour remettre en état sa maison mobile, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, sont estimés à 25 000 $. La plomberie et le système d’aqueduc ont été endommagés, tout comme le plancher. «Nous avions de l’eau, mais nous nous sommes aperçus qu’elle coulait en dessous de la maison. Pour ne pas empirer la situation, nous nous lavions à la mitaine et utilisions la toilette au minimum. Nous avions une chaudière avec un sac pour certains besoins. Nous sommes allés vivre chez ma sœur quand l’événement s’est produit, mais au bout d’un mois, je voulais être dans mes affaires.»

Se trouvant devant l’incapacité financière d’effectuer les travaux, c’est au début du mois de septembre que son employeur et l’une de ses collègues ont décidé de lui venir en aide. «Nous sommes intervenus autour du 6 septembre après avoir constaté que rien ne bougeait. L’une de mes employées et moi avons amorcé une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe afin d’amasser des fonds pour Vicky. Nous avons partagé cela sur Facebook et nous avons été approchés par une entreprise de la région. Nous nous sommes alors mis à faire des appels. L’entrepreneur à la retraite Réjean Bélanger a décidé de prendre cela en main en utilisant ses nombreux contacts et plusieurs compagnies ont accepté d’offrir leurs services gratuitement», a expliqué Mario Dostie de la Pâtisserie St-Noël.

Courrier Frontenac – Jean-Hugo Savard

Environ 2000 $ ont également été amassés à ce jour grâce à la campagne de sociofinancement sur le Web et aux dons reçus en personne. Ce montant permettra de défrayer les coûts d’une partie des matériaux obtenus à bas prix servant à soulever la résidence. «Il va nous manquer un peu d’argent pour réparer les planchers. Nous invitons la population à continuer de donner pour finaliser le projet», a précisé M. Dostie.

«J’ai acheté ma maison il y a deux ans. Je n’aurais jamais pensé que ça s’effondrerait comme ça.» – Vicky Dubois

Un geste fort apprécié

Lors de notre passage, Vicky Dubois était visiblement heureuse de la tournure des événements. «Ça fait chaud au cœur de voir qu’il y a des gens généreux comme ça. La plupart d’entre eux ne me connaissent pas. C’est vraiment très apprécié. Je voyais le froid arriver, alors c’est un gros soulagement.»

De son côté, Mario Dostie déplore la façon dont le cas de Vicky a été traité jusqu’à maintenant à l’aide juridique. «Ils n’ont pas travaillé son dossier comme ils le doivent. Ça fait deux semaines que nous attendons de leurs nouvelles. Ils ont dit qu’ils enverraient un spécialiste pour évaluer si c’était réellement un effondrement de terrain ou quoi que ce soit pour être certain que les assurances disaient vrai et ça ne bouge pas.»

Lien pour participer à la campagne de sociofinancement : https://www.gofundme.com/tb9u6-aidons-vicky

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires