Guignolée des pompiers : montant record de 42 554 $

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Guignolée des pompiers : montant record de 42 554 $
Le circuit mis en place dans plusieurs stationnements publics contribue au succès de la collecte. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

La 21e édition de la Guignolée des pompiers de Thetford Mines, qui s’est tenue le vendredi 2 décembre, a permis d’amasser un montant record de 42 554 $ au profit de la banque alimentaire La Vigne. Ce bilan provisoire est largement supérieur aux 33 146 $ obtenus lors de l’édition précédente.

Le directeur du Service de la sécurité incendie, Kyle Landry, dresse un bilan plus que positif. « C’est formidable. Notre dernier record date de 2020 avec 35 586 $. Je ne m’attendais jamais à avoir ce chiffre cette année en raison de l’inflation. Les citoyens ont été très généreux. Chaque année où nous nous attendons à enregistrer une baisse, c’est là que nous récoltons les meilleurs montants. »

Selon lui, en plus de la belle température, le circuit mis en place dans plusieurs stationnements publics contribue au succès de la collecte. « Lorsque nous étions dans la rue, plusieurs automobilistes nous donnaient leur pot de monnaie, tandis que maintenant nous avons davantage de billets de 10 $ et 20 $. Cela nous aide à monter plus vite. Je suis vraiment content. »

M. Landry a tenu à remercier tous les bénévoles qui ont contribué à la réussite de la guignolée.

LES BESOINS AUGMENTENT

D’après la responsable de la banque alimentaire La Vigne, Marie Goulet, les besoins dans la région sont de plus en plus grandissants. « Nous constatons une hausse de clientèle de 20 % par rapport à l’année dernière. Nous parlons d’une moyenne de 180 familles par semaine, alors qu’avant ce nombre tournait autour de 150. C’est sûr qu’à l’approche des Fêtes les demandes vont en augmentant. »

Une partie des denrées que reçoit la banque alimentaire provient de Moisson Beauce et des produits invendus des épiceries locales. « Nous devons aussi en acheter beaucoup. Le phénomène de l’inflation s’applique. Nous en avons moins pour notre argent. Évidemment, cela va faire en sorte qu’éventuellement nous allons peut-être devoir rationner davantage. »

Mme Goulet a précisé que la mission de l’organisme est d’apporter un complément alimentaire. « Nous avons de gros défis en raison du coût des denrées et des chaînes d’approvisionnement qui sont parfois rompues. Nous ne pouvons pas dire que nous en manquons, mais nous ne sommes pas dans l’abondance non plus. Les inventaires ne sont plus ce qu’ils étaient, mais pour le moment, nous arrivons à nourrir nos 180 familles », a-t-elle conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires