La force de la communauté en soutien aux enfants vulnérables

La force de la communauté en soutien aux enfants vulnérables
Karine Soares (attachée politique pour la députée de Lotbinière-Frontenac), Brigitte Jacques (attachée politique du député de Mégantic), Sabrina Langlois (coordonnatrice du programme), Germain Martin (conseiller municipal à la Ville de Disraeli), Jacynthe Patry (préfète de la MRC des Appalaches), Chantal Tanguay (directrice de la Gîtée et représentante du comité local), Madeleine Dionne (coordonnatrice provinciale du programme) et Caroline Brown (directrice de la protection de la jeunesse au CISSS-CA) (Photo : Courrier Frontenac - Claudia Fortier)

Le lancement du programme « Ma famille, ma communauté » dans la MRC des Appalaches a eu lieu lors d’une rencontre de sensibilisation tenue au Cabaret des arts de Disraeli, le mardi 31 mai. Celui-ci vise à renforcer le tissu social autour des familles les plus vulnérables afin de permettre aux enfants à risque de placement de demeurer dans leur milieu.

Chapeauté par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), ce programme est avant tout porté par les partenaires locaux incluant le réseau communautaire, la population, les familles, le réseau scolaire, les centres de la petite enfance, les gens d’affaires ainsi que les municipalités. 

« Le but ultime est de maintenir les enfants dans leur communauté, autant que faire se peut, avec des filets de sécurité et l’engagement de la population à aider ces familles. Si nous devons nécessairement procéder à l’hébergement d’un enfant, nous souhaitons avant tout le maintenir dans sa communauté, idéalement dans le même village, pour qu’il demeure dans son école et son quartier afin qu’il puisse mieux être rassuré », a expliqué Sabrina Langlois, coordonnatrice régionale du programme.

Les objectifs de « Ma famille, ma communauté » sont de réduire le nombre d’enfants qui vivront un placement, favoriser les placements situés près du domicile familial, favoriser les placements où les membres d’une même fratrie sont hébergés ensemble, réduire la durée des placements, réduire le nombre de déplacements d’une ressource d’hébergement à une autre et augmenter les réinsertions familiales complétées avec succès. 

LA MRC DES APPALACHES EN PREMIER

La MRC des Appalaches est la première en Chaudière-Appalaches à voir ce programme être implanté sur son territoire. Elle a été choisie étant donné la présence de plusieurs enfants en situation de vulnérabilité. La force du réseau communautaire est une autre raison qui a fait de la MRC une première destination idéale.  

« On y retrouve beaucoup de signalements retenus, notamment au niveau du groupe d’âge des 6 à 12 ans qui est le plus suivi. Il y a un grand nombre d’enjeux de négligence dans les Appalaches. Nous avons aussi choisi cette région en raison de la force de la communauté. Les gens se mobilisent et sont très présents pour aider les enfants », a soutenu la coordonnatrice. 

La première stratégie de ce programme est donc de bâtir un partenariat communautaire afin de mobiliser l’ensemble des personnes et des organisations pour consolider un réseau de soutien et d’entraide autour des enfants vulnérables et leur famille. La deuxième vise à réunir ce réseau pour la mise en œuvre de rencontres de processus décisionnel en équipe et à en assurer le suivi. La troisième prévoit la mise en place d’un comité responsable du recrutement de familles d’accueil dans la communauté. Enfin, la quatrième stratégie consiste à la création d’un comité d’autoévaluation. 

UN PROJET PILOTE CONCLUANT 

À noter que ce programme a vu le jour en 2012 et a été implanté comme projet pilote en Abitibi-Témiscamingue et en Montérégie. C’est en 2020 qu’une annonce ministérielle venait confirmer son déploiement à travers tout le Québec.

« Les retombées sont vraiment intéressantes. En Abitibi, par exemple, à la suite des rencontres de processus décisionnel en équipe, environ 80 % de celles-ci se sont soldées par un maintien des enfants dans leur milieu familial », a souligné Mme Langlois.

FAMILLES D’ACCUEIL RECHERCHÉES

Lors de cette rencontre de sensibilisation, il a été question du besoin criant en familles d’accueil dans la MRC des Appalaches. En date du 15 mai, la région comptait 68 places en ressources de type familial, dont une seule était disponible.

« Les familles d’accueil sont en grande demande partout au Québec, notamment en Chaudière-Appalaches et dans la MRC des Appalaches. Si vous êtes interpellés ou si vous connaissez des gens qui feraient de bons candidats, vous pouvez communiquer avec le CISSS-CA pour soumettre votre candidature », a conclu Sabrina Langlois.

Pour plus d’informations sur les démarches afin de devenir famille d’accueil : www.cisssca.com/fa

MEMBRES DU COMITÉ LOCAL « MA FAMILLE, MA COMMUNAUTÉ »

Catherine Lachance (Réseau d’entraide des Appalaches)

Kim Côté (Espace famille, maison des jeunes et municipalité de Disraeli)

Andréanne Lachance (Centre de stimulation l’Intercom)

Carolanne Dubuc (Domrémy)

Bianca Garon (Grands Frères Grandes Sœurs des Appalaches)

Mathieu Fontaine (Office municipal d’habitation)

Jean-Philippe Breton (CISSS-CA)

Marie-Christine Lambert (CISSS-CA)

Julie Demers (CISSS-CA)

Simon Boisvert (CISSS-CA)

Eva Lopez (Intégration communautaire des immigrants)

Chantal Tanguay (La Gîtée)

Marie-Claude Casey (Alter Agir)

Julie Marois (CPE Parc-en-ciel)

Karol-Ann Champagne (Le Berceau)

Anabel Vachon (MDJ East Broughton)

Rachel Lajeunesse (FA)

Cinthia Martel (CISSS-CA)

Vicky Fillion (CISSS-CA)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires